Société

economie

É C O N O M I E


DOSSIER   •   La Croissance et autres problèmes


Dix ans après la dernière guerre en 1955, un spécialiste américain du marketing, Victor Lebow (22), exhortait le monde occidental dans les termes suivants :

«Notre économie à la capacité de production énorme, demande que nous fassions de la consommation un mode de vie. Il faut que nous convertissions l'achat et l'utilisation des biens en rituels, que nous cherchions notre satisfaction spirituelle, la satisfaction de notre ego dans la consommation. Nous devons consommer les choses, les brûler, les utiliser, les remplacer et les jeter à un rythme toujours plus rapide».

Nous avons exécuté ce programme avec une fidélité qui rendrait M. Lebow euphorique s'il était là pour contempler la société que nous avons construite. De plus en plus, il devient nécessaire pour survivre de suivre aveuglément la pensée unique de la consommation devenue névrose collective !

Sommaire :

- Prix   :   de la relance
- Chaos   :   de la consommation débridée
- Conceptions   :   du monde
- L'Économie   . . .   se trouve-t-elle à un tournant ?
- Davos   :   et nous alors ?
- Lettre   :   à un politicien radical
- Exemple   :   de réponse au discours de droite
- Monnier   :   En attentant l'extinction de la bêtise
- L'Évolution   :   une croissance démographique infinie, un bien ?
- Engrenage   :   la guerre et l'économie
- Le Déchet   :   est-ce vraiment nécessaire ?
- Le Gaspillage   :   s'attaquer au gaspillage !
- Le Néolibéralisme   ...   n'est qu'un fond de culotte !
- Les indignes   ...   d'autant de motifs d'indignation !
- Les méfaits   ...   du capitalisme !
- La PUB   :   son objectif "conditionneur"
- Informatique   :   le nouveau "T I C"
- La Concurrence   :   est-ce vraiment la panacée ?
- Liens divers   :   contributions d'auteurs de tous bords


«Le prix de la relance»

= la mort de la vie intelligente sur cette terre !!

Les responsables économiques oublient que la croissance est, telle celle du nénuphar, exponentielle! Mais contrairement a ce que l'on croit généralement, cette pensée-unique néolibérale nous a mené que des déboires et le martèlement médiatique et la réitération quotidienne des déclamations affirmatoires des tenants du libéralisme, aggrave nos soucis pour notre avenir.

Nous sommes des milliers à penser que la société a un sérieux problème à cause de l'engouement des gens pour la consommation. Déjà l'année passée lors du G8, des centaines de milliers de personnes engagées dans les luttes sociales partageaient cette thèse et ont descendu dans la rue pour le faire savoir !!

economie a la hussardMes réflexions proviennent largement des désillusions que j'ai eues lors de mes discussions avec les patrons, la bourgeoisie et autres leaders lorsque je défendais bec et ongles le petit artisan, le commerce local et l'indépendance. Je fus traité d'anarchiste et mis au ban de la société qui se désespérait de «m'intégrer». Même si beaucoup de personnes me félicitaient pour le courage dont je montrais lors des débats publics, ils ne partageaient pas mes vues, étant convaincus que tout passe par une adhésion totale aux lois économiques défendues par ces Brunetti, Eggli, Deiss et consorts et que notre prospérité ne serait préservée que par une soumission de chacun au néolibéralisme globalisant et mondialisé et par sa transformation en consommateur bêlant et consentant.

Malgré la peur immense qui habite les gens de se trouver démunis et leur récalcitrance de vivre plus simplement sans s'entourer d'un trop-plein de biens matériels censé leur apporter aisance et satisfaction et comme les limites de l'accumulation de ces biens semblent atteint, comme la pollution menace nos vies et la nature et comme les mentalités s'effondrent, il y aura forcement un grand changement que nous le voulions ou pas. Car, malgré toutes nos justifications, la consommation est un acte très enfantin et la satisfaction des besoins appartient au domaine des nouveaux-nés et de la petite enfance. L'importance que notre société accorde à la consommation et la croissance considérées comme «valeurs» – voir le discours Deiss face aux patrons – montre bien que notre mentalité est vraiment celle d'un tout petit enfant malgré le fait que nous détenons assez de pouvoir de destruction pour tuer la totalité de la race humaine au moins sept fois. Mieux vaut dès lors de s'y mettre d'une manière volontaire, libre et éveillé en utilisant toutes les formidables ressources de notre cerveau. Pour qu'une lente maturation se met en route, tout doit être fait pour interpeller tous ceux qui s'y intéressent pour que dans leurs foyers, places de travail et de loisirs, ils en parleront pour que nous puissions nous influencer mutuellement pour mieux faire avancer nos idées plus «conviviales», humanistes, empathiques et aimantes.
Même si le pessimisme pour notre future proche est de mise étant donné cette course effrénée vers une prospérité mortifère, la conviction qu'à la longue, les humains se reprendront en main et passeront à un degré plus élevé de la vie, reste un rêve possible.

Croissance dans le mur

On essaie de nous persuader que la croissance serait le fondement de l'économie et qu'elle amènerait la prospérité. Or cette croissance n'est qu'un avatar pour justifier l'autorité de ses théologiens. Par la croissance, on cherche d'abord son pouvoir, ses richesses, son exclusivité et élitisme.

C'est la croissance qui nous a amené à la catastrophe sociale actuelle et les problèmes de société actuels ont surgi par la faute de cette croissance non maîtrisable. Tous les problèmes de société, de «la décadence des jeunes», à «l'imbécillité des gens», jusqu'à l'être humain devenu «consommateur», ne sont que la conséquence d'une manque de réflexion affligeante provenant d'une volonté de diriger ce monde sans et au-dessus du petit peuple laborieux sans pouvoir. Les seules choses qui «croissent» en ce bas monde, ce sont les cellules cancéreuses, la pollution industrielle, les voitures automobiles, la violence, la guerre et le pouvoir politique et tout cela a une fin - le cancer tue les corps complexes, la pollution et les voitures tuent la vie, la violence entraîne la violence radicale et le pouvoir politique corrompt. Quelles seront les conséquences de la croissance? Une race humaine de dix ou vingt milliards d'individus et des voitures automobiles submergeant les terres fermes, des villes suffoquant toute la campagne, une multitude de cancer nous obligeant à consacrer la totalité de nos richesses gagnées sur le dos du tiers-monde pour simplement garder en vie les riches nababs que nous sommes ?

Big BossLa croissance est une manière commode pour «expliquer» le monde mais cela se fait en dépit d'une compréhension plus «humaniste» et «holistique» des motivations des hommes. Malgré les capacités des hommes de s'adapter, le nombre «croissant» de cas de maladies respiratoires, de système immunitaire effondré, de crétinisme galopant, nous inciteraient à rester très prudent et de voir la réalité en face - une prospérité amené par la croissance est mortifère. Les deux tiers des habitants de cette planète ne jouissent pas de nos privilèges et la pollution provenant notamment des USA soi-disant en forte croissance, affecte déjà tout le monde. A supposer que tout le monde vivrait comme nous, il n'y aurait tout simplement pas assez d'air, d'eau et place pour toute cette prospérité.
Il est donc impossible de se fixer comme but la croissance car elle nous mène à des situations tout simplement incompatibles avec un développement sensé de la vie intelligente sur cette terre. D'autant plus que la croissance sous-entend la compétitivité, l'exclusivité et la guerre pour conquérir SA place, installer son pouvoir. En fait, la croissance nous promet des lendemains qui pleurent.

Mais pourquoi les économistes insistent-ils sur une théorie basée sur des concepts darwiniens complètement dépassés? Pourquoi insistent-ils sur une philosophie favorisant l'élitisme, la dictature du fric, le despotisme politique, la destruction de la Terre? Car que nous le voulions ou pas, le monde étant un espace fini, les ressources étant limitées, la population ne pouvant «croître» infiniment, la théorie (spécieuse) de la croissance, en tant que manière de fonctionner, est carrément suicidaire. La théorie de la croissance se base sur des idées du 19ième siècle où les valeurs telles que «progrès», «création de richesse», «compétitivité», «rapport de forces», «nation», etc. nous soumettent à une dictature que les milieux de droite ne cessent de dénoncer surtout si c'est le fait de régimes populaires autoritaires. La croissance ne peut être un moteur, ce n'est qu'un des symptômes d'un dysfonctionnement grave au même titre que la croissance de la délinquance juvénile, de la dépendance à la drogue et l'alcool, de la criminalité routière et en col blanc, et beaucoup d'autres choses encore.

Dans ce monde meurtri par une croissance magnifiée, nous ne pouvons plus maintenir un optimisme dans le progrès technologique et espérer que nos autorités élues se mettront à réfléchir sur des bases plus élevées et plus humaniste et plus holistiques que celles qu'elles nous ont servi jusqu'à présent. Tant que nous n'arrivons pas à partager quelques points de vue sur lesquels on pourrait être d'accord, jamais on arrivera à faire vivre des milliards de gens sur une terre très finie, très limitée, très petite. La croissance ne peut pas en aucun cas «régler» les problèmes du monde.

Si nous devons nous investir dans une utopie, alors c'est dans des relations constructives non financières entre tous les êtres humains qu'il faut le faire à présent !!

C'est d'empathie, de valorisation non pécuniaire du travail humain, de recherche de modes de fonctionnement loin de des rapports de forces qu'il nous faut pour demain.

C'est de solidarité entre les gens qu'il nous faut pour un futur vivable pour tous.

Le débat promet d'être encore très long.

Georges Tafelmacher (1999)

retour au sommaire


Pour ne pas sombrer dans le chaos de la consommation débridée

AVENIR MONDIAL • Georges Tafelmacher réplique à Ludwin Fischer qui, dans une lettre publiée dans l'édition du "Le Courrier" du 27 mars 2004, critiquait les «antimondialistes».

Nous avons parfaitement le droit d'exiger la disparition de l'Organisation mondiale du commerce (WTO-OMC) et de ce qu'elle représente, le libre-échangisme, car elle tend à constituer un pouvoir par trop absolu dans nos sociétés et elle cherche à trop s'imposer dans nos vies quotidiennes.

LagardeIl est même de notre droit inaliénable de critiquer les tendances fâcheuses vers l'oppression et l'exploitation à l'œuvre dans cette société de consommation industrialisée, sans avoir, pour autant, à proposer des solutions de rechange qui seront promptement récupérées pour mieux enchaîner les gens à une certaine conception de société, ni nécessairement à avancer des contre-propositions de réforme qui ne feront que modérer les effets dévastateurs de l'esprit mercantile sur le monde et les gens et rendre les prémisses des actions des dirigeants acceptables.

L'OMC est d'abord un cénacle réunissant tous les adeptes d'une certaine façon de concevoir la vie et la société, où les participants cherchent tous les trucs et combines pour imposer aux gens et au monde entier leur «pensée-unique» mercantile. Le «libre-échange» qu'ils veulent installer entre les États n'est, au fait, qu'une manière déguisée d'imposer une hégémonie industrielle et commerciale aux peuples, les obligeant à mener leur vie selon les préceptes de ce conclave de privilégiés fortunés, effrayés par la possible remise en question de leur pouvoir et de leur direction.

Nous sommes déjà au début d'une apocalypse économique.

Des catastrophes, guerres et famines nous ont déjà frappé depuis les premières ouvertures économiques qui ont été opérées et se sont succédé depuis les accords de Brettons Wood en 1947. L'apocalypse économique a déjà commencé, la précarisation est en train de faire son œuvre et le désenchantement des consommateurs est tel que tout est à craindre dans le domaine de la résilience humaine si tendue qu'elle se rompt tous les jours, comme en témoignent les multiples fusillades ces derniers temps. Les manifestations et autres crises qui se passent en Amérique du Sud, en Afrique et dans certains pays d'Asie sont aussi de belles démonstrations que l'apocalypse économique est d'abord le fait de politiques «libéralisées» dans des conditions déplorables, sans tenir compte de toutes les autres possibilités humaines et des aspirations de la population.

IL FAUT DÉNONCER LES EXCÈS

Incroyable! Dans ce système déjà très «mondialisé», néo-libéralisé, déréglementé, concurrentiel, les USA, berceau de la nouvelle économie libéralisée, n'ont pas hésité à frapper l'acier mondial d'une taxe prohibitive à l'importation, prétextant la sauvegarde des emplois américains. Sans parler du roquefort français bloqué aux douanes américaines, ni de l'emmenthal suisse refusé à cause de ses trous jugés trop grands! Le Congrès des USA n'hésite pas à faire passer des lois favorables uniquement à leur commerce et le président himself décrète des mesures carrément liberticides. Peut-être qu'il y a là un début d'explication sur la gabegie actuelle et la misère morale dans laquelle nous nous complaisons au nom de l'industrialisation, de la prospérité matérielle et de l'accumulation de biens de consommation pour la satisfaction de besoins mineurs. La consommation ne peut en aucun cas être une mode ou un style de vie, car trop de gens se trouveront exclus de ce système de pensée.
Les militants «antimondialistes» se doivent de fustiger la «mondialisation néolibérale» et le libre-échangisme en dénonçant ses excès, et ils ne manquent pas de proposer des alternatives crédibles à chaque occasion dans les forums sociaux, le contre-pouvoir des classes modestes et des sans-voix (voies). Bien entendu, les attaques contre les «antimondialistes» se font toujours par rapport au «bien-être» que la mondialisation est censée apporter aux individus transformés en «consommateurs», mais qui rapporte surtout aux marchands et à la prospérité de leurs tiroirs-caisses, sans que les ouvriers des pays pauvres, où les industries s'installent pour profiter des conditions cadres inexistantes et des très bas salaires, voient leurs conditions de travail s'améliorer.
Ce système est mis en avant comme le seul possible et ses bonimenteurs font tout pour faire croire aux gens que toute critique reviendrait à une démolition de notre fabuleuse prospérité désaxée et à un retour au Moyen Âge, comme si nous en étions sortis!

ANARCHIE ET RESPECT

Depuis les révoltes sociales de la décade 1960 et son printemps contestataire de mai'68, nous avons à maintes reprises proposé des alternatives, des changements de société, des remises en question salutaires. Ils ont tous été combattus avec la plus grande énergie par nos dirigeants «éclairés», qui ont utilisé jusqu'à l'écœurement tous les moyens médiatiques à leur disposition, et tous les moyens de pression sur les ouvriers et les individus transformés en «consommateurs». II est tout de même étonnant que personne ne soit venu dire à nos «global leaders» que leur «mouvement de mondialisation néolibérale» n'est non seulement pas crédible, mais qu'en plus il déstructure les relations sociales, il casse l'entente entre les gens, il établit une nouvelle élite en se basant sur de nouveaux rapports de forces et surtout, il est hégémonique, conquérant, déséquilibré et matérialiste.

La lutte des classesAlors, avant que le chaos de la consommation débridée ne ruine les individus, nous allons vous dire, nous allons vous expliquer, pour une dernière fois, comment nous envisageons les choses par ces quelques mots simplement humains: autonomie, autogestion, assemblées générales de quartiers, d'habitations et d'entreprises, participation pleine et entière aux processus de décision de chaque individu concerné, amour de son prochain, respect absolu de l'autre.
Bref, en un mot: l'anarchie, étant entendu que l'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome. L'anarchisme répudiant toute idée d'autorité comme étant contraire à la notion de la liberté individuelle, il lui apparaît que l'ordre et la justice, le travail et le commerce, le logement et le «vivre ensemble» dont il ne nie aucunement la nécessité pour la cité, doivent reposer sur un contrat librement conclu entre les intéressés. Ce contrat, tel que Proudhon, Stirner, Hegel, Tolstoï, Bakounine, Kropotkine, Élisée Reclus, Jean Grave, Émile Pouget, Sébastien Faure, et Enrico Malatesta l'envisageaient, loin d'être le résultat d'une abstraction politique, est issu de libres débats où les intéressés engagés ont fini par se mettre d'accord. Il est modifiable au cas où les intérêts subiraient des changements.
Ce n'est pas un contrat unique, contraire par définition à la complexité et à l'hétérogénéité de la vie sociale, mais un ensemble illimité d'accords contractuels qui correspondent le plus possible aux mille nécessités de l'individu autonome et de sa société autogérée. En fait, lorsque la tyrannie est trop oppressante, il s'agit de pousser à la libération de l'homme par l'acte révolutionnaire de la contestation et la remise en question de nos choix de société.

La seule vraie question que nous devons nous poser, ce serait de savoir pourquoi les industriels, entrepreneurs, banquiers, hommes d'affaires, P.D.G., et autres zélateurs de ce système d'exploitation néolibéral combattent ces principes humanistes et démocratiques avec autant d'acharnement, de bigoterie, de mauvaise foi, en disqualifiant, discréditant et démolissant les citoyens concernés qui se bougent pour sortir des limbes de cette domination et pour que les choses changent, si ce n'est parce qu'ils craignent de perdre leur pouvoir, leurs richesses et leurs pérogatives.

GEORGES TAFELMACHER
partisan et anarchiste, Pully

retour au sommaire


conceptions du monde

La fin de la lutte des classes ou le début ?

À travers les fortes paroles émises par les différents partis cherchant à diriger le monde, nous pouvons constater que, malgré les allégations se voulant humanistes des milieux patronaux qui récusent la "lutte des classes" et qui prônent la "collaboration", il y a quand même deux conceptions du monde en conflit.

La lutte des classesD'un côté, des gens qui croient que la vie est régie par la loi considérée comme "naturelle" qu'est la marche vers les économies de marchés industriels néolibérales de nos sociétés et en face duquel il n'y aurait aucune autre attitude que l'acceptation de cette "réalité incontournable" et de l'inévitable besoin d'adaptation, de fléxibilisation et de collaboration qui en découle. De l'autre côté, des gens qui croient que nous pouvons être maîtres de nos vies, de nos sociétés, de nos activités et que nous pouvons construire ensembles des communautés à fort potentiel humain, où la solidarité, l'entraide, le travail en commun seraient les idéaux. Les uns professent leur foi en la "réalité compétitive des marchés" et les autres en l'être humain solidaire. Les uns qui croient que l'homme doit se conformer à son environnement économique, en faire une morale de son adaptation et devenir quelqu'un par rapport à cette activité. Les autres qui croient que chaque homme peut construire sa vie en relation avec les autres dans tous les aspects de la vie. Les uns qui ne pensent qu'en fonction de l'activité économique et les autres qui pensent l'homme par rapport à ses intentions propres, la qualité de ses relations avec les autres et sa capacité d'action sociale. Pour les uns, c'est l'économie qui est plus importante, pour les autres c'est la société et tous ses acteurs qui doivent décider de sa forme et intention. Les patrons nous parlent de responsabilité individuelle alors que cette notion n'a jamais été le propre des éducations bourgeoises que nous avons reçues. Les patrons veulent quand même des gens responsables mais par rapport aux besoins de l'industrie alors que les besoins des gens vont vers l'autonomie, la constitution de rapports normaux entre eux et le travail social utile.

Cette conception unilatéralement économique du monde est manichéenne, élitiste et porteuse d'une injustice fondamentale. En effet, les seuls qui peuvent réussir dans le monde du marché soi-disant "libre", sont les plus forts, les plus doués, les meilleurs, les gagnants, les positivistes, les volontaristes et toute personne qui ne possèderait pas ces qualités, sera rejetée et tombera dans les filets sociaux mis en place par les dirigeants pour contrôler les marginaux et contenir l'inévitable nature humaine. Et cela a pour effet d'atténuer ainsi leurs sentiments de malaise face à leur crainte principale: soit ce qu'ils considèrent étant de "l'insuffisance humaine" !

Georges Tafelmacher

retour au sommaire


«L'économie se trouve-t-elle à un tournant ?»

Les diatribes aussi moralisatrices qu'apocalyptiques des tenants de la philosophie économiste néo-libérale postulent que notre monde serait condamné à la déchéance si l'humanité entière ne se rallierait pas d'urgence à ses préceptes, tantôt fondamentalistes, tantôt pragmatiques.

Mais comme ses principes de base sont restés désespérément les mêmes et comme l'économie continue de régenter le monde en exerçant un grand pouvoir sur la société, la crise actuelle ne peut que s'aggraver. C'est plutôt cette philosophie qui est responsable de la grave déchéance qui frappe notre monde. Car devenue pensée-unique, en permettant la création de richesses par l'industrialisation, elle multiplie ses instruments de domination sur les individus et en justifiant le pouvoir des marchés financiers globalisé, elle consolide l'emprise des mécanismes du capitalisme sur la société civile.

La lutte des classesCertains économistes semblent toutefois se rendre compte de l'impasse dans laquelle se précipite une pensée obnubilée par la concurrence, le rendement et le profit. Ainsi proposent-ils de réorienter le discours économiste vers une approche plus humaine et spirituelle du matérialisme. C'est par ce biais que des entreprises malgré tout nostalgiques de l'économie pure et dure, cherchent à offrir à ses clients un supplément d'âme en donnant à ses marchandises une dimension éthique les permettant de consommer la conscience sereine et l'âme en paix.

Une grave question demeure toutefois: cet économisme revisité annonce-t-il un authentique aggiornamento, rompant avec les dogmes passéistes et planificateurs en vogue jusqu'ici ou ne représente-t-il qu'un avatar, uniquement destinée à dépoussiérer et à rendre acceptable une philosophie profondément injuste et contraignante qui finissait par tourner en rond? C'est encore trop tôt pour le dire, l'économie néo-libérale semble avoir encore de beaux jours devant elle: la consommation, le développement industriel et la croissance économique sont de nouveau à l'ordre du jour...

Et comble d'ironie, on veut nous faire croire que le monde pourrait redécouvrir les valeurs immatérielles par la revalorisation du matérialisme par «...l'irruption d'un extraordinaire supplément de sens d'un bout à l'autre de la chaîne de production des biens de consommation» !! *

Avec mes salutations distinguées

G.Tafelmacher (1999)

* citation de l'Union Suisse des Arts et Métiers, syndicat et lobby patronal.

retour au sommaire


Davos, et nous alors ?

Quelle est la légitimité des décideurs globaux présents à Davos ?

La Crise

Nous ne pouvons pas faire confiance aux industriels pour trouver des solutions à la crise car ils ne cherchent et pensent que dans le cadre de leurs théories. Mais, nous pouvons, par contre, faire confiance aux industriels pour foutre en l'air cette planète de telle sorte que cela apparaisse comme une conséquence de nos envies de consommateurs car ils se sont persuadés et nous ont convaincus que c'est nous qui voulons la "prospérité" et que tout cette dégradation provient de nos envies de "satisfaire nos besoins". Cela montre à quel point nous avons été conditionnés pour que nous acceptions cet état comme étant la modernité incontournable et la nouvelle norme. Davos est là pour concrétiser et affermir cet état et surtout pour le justifier, le déculpabiliser et le rendre accessible au plus grand nombre, c'est le principe même du fonctionnement de cette société de consommation.

WEF - chefsNul ne peut prétendre diriger le monde, il ne peut être conduit que par l'ensemble de ses concitoyens, de ses habitants. Ce n'est pas à quelques élites autoproclamées de poser des règles de jeu unilatéralement en leur faveur et les gens en général ne les ont pas appelés pour agir en son nom. Même s'il peut prouver avoir été mandaté par une divinité supérieure incontestée, nul ne peut formuler des théories qui affecteront tous les peuples du monde. Non, la prospérité ne peut reposer sur les élucubrations de quelques têtes gonflées se réunissant dans des forteresses glacières, gardées par des cerbères armés. Et après cela, les leaders globaux osent s'étonner des manifs anti-davos et leurs réactions de camp retranché démontrent leurs incapacités de penser le monde autrement. S'il fallait 1000 kilomètres de fils barbelés et 1000 gendarmes anti-émeute armés pour rassurer ces gens, c'est que leur système est basé sur des fausses prémisses et si la mentalité sécuritaire prime, c'est que le problème est psychologique !
Il ne faut donc pas s'étonner de la réaction anti-davos, elle est parfaitement "normale" par rapport à la concentration de pouvoir que représente ce forum des princes et consorts et l'escalade ourdie par les forces de l'ordre néolibérale démontre bien où est le rapport de force.

Et ce n'est pas parce qu'ils ont permis à un ou deux invités prétextes du tiers monde de "discourir" que ce bastringue serait "légitime" ou "populaire". Ce n'est pas parce que les thèmes abordés traitaient des inégalités de la croissance que ce forum aidera à «résoudre» les problèmes qu'il a contribué à créer. Il ne peut avoir de démocratie dans un système pareil.

nomenclature économique internationaliste

Étonnant n'est-ce pas? La nomenclature économique internationaliste met sur pied des structures qui sont programmées pour faire péter les conditions de vie des petits gens et ils profitent de cet état pour promulguer des directives liberticides, fatales aux organisations citoyennes et au peuple lui-même. C'est le vrai visage de la démocratie dans un état d'économie libérale, la «société politique de marché» et si vous vous avisez de protester contre cet état fait, une police suréquipée vous attend à la sortie pour réprimer les actes des manifestants désespères au pied du mur, sacrifiés sur l'autel de la rentabilité, démolis par ces patrons qui licencient, liquident, après avoir saigné à blanc leurs ouvriers, pollué la nature de toutes de sortes de façon toutes aussi autodestructrices les unes que les autres, modifié le visage des villes par leurs constructions bétonnées rentables et fait passer le monde par leur presse-citron dont la pelure n'est même pas récupéré pour le compostage. Et la violence des manifs est tout simplement l'image miroir de cette autre violence, 1000 fois plus fort mais invisible, de la part des patrons de cette société. Leur violence sert surtout à consolider et augmenter leur pouvoir et richesses et il leur est vraiment malvenu de fustiger les opposants pour leur "violence" qui n'est, qu'en somme, que le juste retour des choses. On ne peut pas accuser ainsi les manifestants d'actes de contestation sans, en contrepartie, mettre en avant les causes de ces manifs, c'est à dire, les violences faites aux travailleurs et travailleuses de tous les pays du monde sur leurs places de travail précarisées...

Il est incroyable de penser que, d'une part, nous vivons une société basée sur la compétititivité concurrentielle où ce ne sont que les plus forts et les plus dégourdis qui tirent leur épingle du jeu de violence qu'est la compétition économique et qui "gagnent" (on se demande comment ?) ce qui est considéré comme la réussite dans ce type d'environnement et, d'autre part, nous créons des lois qui répriment toutes manifestations d'angoisse vis-à-vis des conséquences sociales de ces phénomènes et qui criminalisent toutes les contestations sociales, les énervements, les actes de contre-pouvoir et les sentiments d'insécurité des personnes lambda.

La nomenclature économique internationaliste met sur pied des structures qui sont programmées pour péjorer les conditions de vie des petits gens et ils profitent de cet état pour promulguer des directives liberticides, fatales aux organisations citoyennes et au peuple lui-même. Et tout cela dans mon ex-pays, le vôtre à présent! Parlons-en de la démocratie dans un état d'économique libérale, soit t'es bon et beau et tu gagnes ou t'es faible et moche et tu perds. Si tu gagnes, t'es des nôtres et tu auras ta villa; si tu perds, tire-toi (une balle) et disparais. Et surtout, si vous vous avisez de protester contre cet état de fait, une police suréquipée (à vos frais!!!) vous attend à la sortie...

texte préparé par Georges Tafelmacher
MIAA, OSL, Gauche en Mouvement,
Lausanne

retour au sommaire


Lettre à un député radical

à l'occasion des élections fédérales...




Pully, le 22 septembre 2003      
Pernet

à
M.Jacques Pernet
Candidat rad Vd au Conseil National
av. Verdeil 12
1005 Lausanne







Concerne : votre campagne électorale et les «newsletters» que vous nous envoyez


Cher Monsieur,

  J'admire votre courage de vouloir perpétuer une idéologie et un dogme absolu malgré les exemples désastreux que nous ont montré les régimes de l'Est et leurs pratiques des idéologies. Il en faut beaucoup lorsqu'un adepte de la pensée-unique économique s'empêtre dans les miasmes des proclamations affirmatoires quasi-totalitaires surtout s'il n'a pas manqué de dénoncer la soi-disante "idéologie" des altermondialistes. Je me suis toujours dit que la "réalité" allait vous rattraper et s'occuper de votre cas. Et effectivement, pas plus tard que hier soir, j'ai relu un commentaire qui résume d'une manière très pertinente la folie de la proposition "croissance" et de notre mode de vie basée sur la consommation de biens matériels.

  Voici brièvement résumé (car je présume que vous ne m'avez pas attendu pour le lire) un commentaire lu dans le "24heures" (même si d'aucuns le trouve trop à gauche alors que pour moi, il penche carrément à droite!!), émanant d'un spécialiste du développement à l'ONU (même si d'aucuns la trouve trop tiers-mondiste alors que pour moi, elle n'en fait pas assez !) :

  «...Majid Rahnema, onusien et l'ancien diplomate dresse un rude constat de l'état du monde: il démontre comment, en s'axant uniquement sur la croissance, le système économique désormais global condamne à la misère matérielle et morale la plus grande part de la population de la planète. Celle qui a toujours vécu avec le strict nécessaire, c'est-à-dire dans une pauvreté, ou plutôt une sobriété, acceptée comme normale, aujourd'hui considérée comme une malédiction car le développement à l'occidentale détruit la "gabbina" traditionnellement recherchée par les siens. Donc une philosophie de la vie qui recherche la satisfaction des besoins vitaux dans un système de subsistance et d'entraide. Alors que l'homo œconomicus mondialisé cherche individuellement l'accumulation et la satisfaction de nouveaux besoins créés en permanence. L'Occident, qui cherchait à transformer la rareté en abondance, en est ainsi arrivé à créer des besoins artificiels pour maintenir la croissance, avec pour conséquence de transformer l'abondance potentielle en pénuries réelles.

  Le drame de cette extension planétaire du système "économiciste", c'est que tout, absolument tout, est réduit à une valeur marchande. Les populations qui ont vécu le modèle traditionnel, plus ou moins autarcique, le rejettent aujourd'hui en quête d'une abondance qui ne peut être partagée, mais au contraire ne peut être atteinte que par une minorité en repoussant la majorité dans la misère. Une misère moderne, glauque et sans espoir, faite de frustrations: la télévision et les tentations multiples plongent les populations paupérisées dans un permanent supplice de Tantale.

  M. Rahnema, en décortiquant les composantes du modèle libéral mondialisé, en vient à remettre en cause même le développement dit durable. Car les experts des problèmes des pauvres ne remettent pas en question leur propre mode de pensée et incluent par conséquent les pauvres dans le système économique dominant: les pauvres deviennent donc aussi producteurs de misère. C'est logique, tant qu'on diagnostique la pauvreté comme un effet du sous-développement, donc comme une maladie à guérir par des doses toujours plus élevées de développement basé sur la croissance.

  Or ce dernier, même bien intentionné, même "durable", repose sur l'idée d'une croissance sans fin: c'est dans l'augmentation constante de la production qu'on va trouver les ressources qui apporteront l'abondance à tous.

  Mais la croissance sans fin est en train d'épuiser les ressources de la planète, de la polluer de manière irréversible, d'en modifier le climat, de menacer jusqu'aux sources de la vie, l'eau et l'air. Et cela alors qu'un demi-siècle d'aide au développement (une forme de recolonisation !) ne comble pas le fossé entre pays riches et pauvres, au contraire. L'écart des revenus entre la Suisse et le Mozambique est de 400 à 1 en l'an 2000 au lieu d'environ de 5 à 1 en 1800! Aujourd'hui, nous sommes sept milliards de Terriens; quatre milliards survivent avec moins de deux dollars par jour, dont un milliard sont mal nourris ou directement menacés de famine. Mais les denrées actuellement produites suffiraient à nourrir neuf milliards de personnes, soit une fois et demie la population du globe !...»

«La Terre fournit assez pour satisfaire les besoins de chacun, mais pas assez pour satisfaire les convoitises de chacun», observait Gandhi.

_____________________________________________________

L'économie ne peut être un moteur, elle dysfonctionne grave.

CAR enfin, ce n'est pas l'économie qui nous sauvera :

Ce sont des relations constructives désintéressées entre tous les êtres humains, qu'il faut !!

C'est d'empathie, de valorisation non-pécuniaire du travail humain, de recherche de modes de fonctionnement loin des rapports de forces et l'exercice du pouvoir, qu'il nous faut.

C'est de solidarité, d'amour et de compréhension entre les gens et les peuples qu'il nous faut et non de compétitivité, d'exclusivité, de guerre pour conquérir SA place que sous-entend l'économie néolibérale.

Et puis, puisque vous êtes adepte de cette économie conquérante, quelles seront vos recommandations lorsque sa "croissance" dévorera la race humaine et causera la mort de dix ou vingt millions d'individus... ??

Vous pouvez faire ce que vous voulez, mais n'oubliez JAMAIS que vous et vos coreligionnaires ne représentez même pas le sixième de la population mondiale et que votre mode de vie non seulement met sur la paille 5 milliards d'être humains mais SURTOUT, il est IMPENSABLE que NOUS PUISSIONS TOUS vivre comme vous !!


Veuillez agréer, Monsieur, les considérations respectueuses d'un petit artisan luttant pour sa survie dans un monde pourri par une énomie sélectionniste et élitiste...


Georges Tafelmacher
objecteur, pacifiste, antimilitariste
- P U L L Y -




retour au sommaire


En attendant l'extinction de l'économie !!

réponse à une "OPINION" de Claude Monnier parue dans le 24 Heures du 02 Août 2005

Le "long terme" c'est l'aune à laquelle mesurer la justesse et l'intelligence de ce que nous faisons ici et maintenant et la pertinence de nos théories économiques.

Même si nous n'avons aucune certitude quant à ce qui pourrait arriver dans mille ans, le fait de savoir qu'il y a probabilité d'avènement d'événements catastrophiques qui risqueraient d'assombrir l'avenir, devrait nous amener à une prise de conscience et à un changement salutaire de comportement. Cette conscience est finalement ce qui nous distingue du monde "ici et maintenant" de l'immédiateté des animaux.

Le problème est que la théorie du "ici et maintenant" risque d'être interprétée comme une invitation à ne pas assumer nos responsabilités quant à nos gestes autodestructifs présents et à ne pas rendre des comptes quant aux conséquences de nos actions inconsidérées et très égoïstes lorsque les faits seront avérés. Répandre du plutonium sur la surface du globe peut paraître "juste et intelligent" "ici et maintenant" mais si dans le "long terme" il y a probabilité de non seulement de milliards de cancers et de la possible chute de la croissance démographique mais surtout d'un abâtardissement de la race humaine et même de toute vie complexe, alors nous serions des criminels si nous poursuivrions sur cette lancée.

Nous avons été obligés de vivre plus de 700 ans dans un monde que les européens de l'An Mille ont jugé idéal et la révolution de 1789 y a mis fin. Mais si c'était pour être obligé de vivre aujourd'hui dans un monde économique que les capitaines d'industrie et de la finance, apôtres de la "modernité conquérante", ont jugé "idéal" pour nous, alors, effectivement, ce sera l'enfer...

Georges Tafelmacher
    -   P U L L Y   -

retour au sommaire


Une croissance démographique et économique infinie...

...un bien ?

Lettre de lecteur parue dans le 24Heures du 08 septembre 2008

L'ÉTERNEL RETOUR

Il y a 70'000 ans, suite à un refroidissement climatique brutal, l'humanité entière est tombée à environ mille individus. Sélection naturelle et progrès fantastique pour notre race: seuls ceux qui étaient en même temps les plus intelligents et les plus robustes ont survécu. Il en sortit une espèce mieux adaptée, avec une boîte crânienne plus vaste, une plus grande inventivité et une meilleure santé.

Et maintenant, on veut nous faire croire que l'avenir de l'humanité, c'est d'être toujours plus nombreux. La France se vante d'être le pays occidental où les femmes sont le plus fécondes; des études sont faites en Suisse pour savoir s'il faut développer une politique plus nataliste; on s'afflige dans beaucoup de pays de la baisse de fécondité des couples. Il y a peu, un journal marocain regrettait que les mères du royaume alaouite n'aient plus que deux enfants en moyenne alors que trente ans avant, elles en avaient huit !

Faut-il être inconscient pour croire qu'une croissance constante de la population mondiale est une nécessité! A supposer qu'elle n'augmente que d'un pour cent par an (ce qui est inférieur à la croissance actuelle), nous serons 18 milliards en 2108, 49 milliards un siècle après, et 130 milliards en 2300 (avenir tout proche à l'échelle de l'humanité). Comment nourrir ces gens, les loger, éviter les conflits ?

Depuis longtemps, la Chine, dont les dirigeants sont tant décriés actuellement, a décidé d'interdire aux couples d'avoir plus d'un enfant: n'allons pas jusque-là, mais évitons de considérer comme un bien une croissance démographique infinie et de la promouvoir.

Claude Aubert
prof. à Lausanne

evolution

*   *   *   *

un des aspects peu reluisant de la sélection naturelle

réponse de G.Tafelmacher le 12 septembre 2008

Monsieur,

J'ai lu attentivement votre lettre de lecteur concernant la consternante évolution de la race humaine et j'ai été pour le moins surpris par les implications secondaires de votre démonstration. Je me permets de vous adresser ce courrier dans l'espoir que vous pourriez dissiper certains malaises que la lecture de votre lettre a soulevée même s'ils ne concernent pas directement le thème que vous avez développé, soit la croissance démographique infinie, mais un des aspects peu reluisant de la sélection naturelle.

En effet, lorsqu'on étudie de près l'état actuel de l'humanité, on peut constater que l'évolution a surtout favorisé les plus forts, les plus agressifs, les plus dominants, ceux qui ont une incommensurable croyance en eux-mêmes et qui se croient dotés de pouvoirs supérieurs. Leur intelligence plus grande a surtout servi pour asseoir leur puissance et magnifier leur gloire et leur grande inventivité a été utilisée pour le perfectionnement de la guerre. Avec sa boîte crânienne plus vaste, l'humanité n'a réussi qu'à dominer de la manière la plus brutale la Terre entière! Ces quelques caractéristiques produites par cette sélection naturelle ont permis le développement de la guerre, de la conquête, de l'accaparement, de l'élitisme, de la création de richesses et on veut nous faire croire que l'avenir de l'humanité, c'est d'être toujours plus fort, toujours plus entreprenant, toujours plus grand, robuste, riche et intelligent !
Quel progrès en effet !

Faut-il être inconscient pour croire que cette évolution a pu être un progrès fantastique pour notre race? Car maintenant qu'on veut nous faire croire que ce progrès est l'avenir de l'humanité, nous devons constater que cela a pour conséquence une croissance constante de l'économie mondiale qui est devenu dans notre modernité une nécessité! À supposer qu'elle n'augmente que d'un pour cent par an (ce qui est inférieur à la croissance actuelle), la Terre sera couverte d'entreprises d'ici 2108, de voitures un siècle après, et de constructions de toutes sortes en 2300 (avenir tout proche à l'échelle de l'humanité). Comment encore croire à l'évolution lorsqu'on voit qu'il y a des gens qui ne peuvent plus se loger, qu'un cinquième de l'humanité souffre de pauvreté et qu'on ne peut plus éviter les conflits, les oppressions, les effets de manches ?

Mais votre raisonnement soulève des questions graves car, dès lors que l'on suit fidèlement votre argumentation, comment pouvez-vous expliquer que malgré l'anéantissement il y a 70'000 ans de tous ceux qui n'étaient ni très intelligents, ni très robustes, qui étaient encore dotés d'une boîte crânienne réduite et d'une santé défaillante, que malgré l'avènement d'une espèce en super forme «avec une boîte crânienne plus vaste», qu'il puisse toujours exister des pauvres, des démunis, des petits, des gens moyens, ordinaires et de santé faible? Comment comprendre qu'une masse grouillante d'hommes transformés en consommateurs bêlants et quémandeurs ait pu se constituer alors que seuls les «plus intelligents et les plus robustes ont survécu»? Comment se fait-il qu'il a fallu instaurer le contrôle des populations car considérées comme ignares, au point qu'elles ont du être impérativement éduquées et régies par des lois imposées alors que la sélection naturelle a produit «une espèce mieux adaptée, avec une plus grande inventivité et une meilleure santé.» ?

Il y a là une faille béante à investiguer rapidement et je serais très reconnaissant que vous puissez m'éclairer sur ce point! En effet, il ne s'agit plus de juste chercher une limite à la croissance démographique mais de repenser entièrement dans quel sens pourrait continuer l'évolution humaine et de quels moyens il nous faudrait, avant que se produise un dénouement fatal, pour modifier cette évolution sans tomber dans le cirque infernal des interdictions, des lois liberticides, des mesures cœrcitives, des limitations de toutes sortes, des impératifs catégoriques, des régimes totalitaires et des guerres saintes contre nos mauvais penchants et intentions cachées !

Dans l'attente impatiente d'une réponse autorisée de votre part et dans l'espoir que votre éclairage de professeur puisse m'aider à mieux comprendre notre évolution, veuillez, Monsieur, agréer mes salutations distinguées.

Georges Tafelmacher
Pully

*   *   *   *

éclairage de professeur...

lettre du 14 septembre 2008

Cher Monsieur,

Comme enseignant, j'ai beaucoup plus souvent cherché à soulever des réflexions nuancées, dialectiques, humanistes qu'à donner des réponses toutes faites, le dogmatique n'est pas mon fort.

Comme rédacteur de lettres de lecteur destinées à la publication, je me suis obligé d'être succinct, simplificateur et simpliste ce qui ne m'empêche pas de souhaiter provoquer des questionnements et des réflexions fondamentales et d'espérer que ces mises en cause me reviennent à la manière d'un boomerang pour ne pas m'endormir sur les certitudes que je n'ai pas !

Je constate que vous me posez des questions qu'une vie entière ne suffirait pas à résoudre. Je n'ai pas l'outrecuidance de répondre à des problématiques que l'humanité n'a pas encore réussi à solutionner. Si j'affirmais que c'était une chance pour notre espèce que les mieux adaptés aient survécu au goulet d'étranglement démographique de 70'000 avant J.C., c'est que la question était la survie de l'espèce. Pour l'humanité, cela a été une chance que certains aient eu les capacités de la faire survivre sinon elle aurait disparu. Par contre, est-ce une chance pour la planète Terre que le prédateur humain ait survécu, c'est une question que je ne risquerai pas à évoquer.

Ce sont les plus intelligents et les plus capables de subsister qui ont perpétué l'espèce et cela a amené, hélas, à perfectionner la guerre, à augmenter les déséquilibres sociaux, les injustices, tous les maux que nous voudrons voir disparaître. Mais les "progrès" de l'humanité ont aussi amené des évolutions positives, une plus grande sécurité dans l'alimentation, dans le logement, dans la protection contre les prédateurs et autres fléaux de la vie, une meilleure socialisation de groupes de plus en plus nombreux, l'écriture, l'humanisme, la sécurité sociale...

Sans cette survie et ce développement de l'intelligence et des capacités humaines, nous n'existerions pas maintenant et nous vivrions une existence de survie et, peut être, à quelques dizaines de milliers d'individus, nous traînerions une existence de faim, de dangers, de maladies, limitée à la seule survie, à la reproduction de l'espèce et à une espérance de vie de vingt-quatre ans au maximum !

C'est facile et réducteur de ne voir dans notre société que les évolutions mauvaises; ce serait myope de ne voir que du positif. Il faudrait pouvoir être nuancé et réfléchir avec profondeur. Mais qui en est capable actuellement, peut être n'avons-nous pas encore assez évolué !
Sans vouloir faire de la morale facile, c'est vrai que la sélection naturelle a fait de l'humain un prédateur du monde entier et elle ne se fait presque plus pour les humains: après les animaux, nous avons vaincu le froid, le chaud, la faim, la soif, les maladies, les distances... il ne reste plus que la sélection humaine la plus abominable, je le concède...

Qui suis-je pour apporter à ces immenses problématiques des solutions? S'il y en avait, cela se saurait depuis longtemps. Je ne suis pas assez présompteux pour croire que je peux davantage que sensibiliser les gens et leur faire remarquer qu'il existe une voie que seuls préconisent quelques farfelus sans pouvoir réel: celle de la décroissance visant à revenir à des valeurs plus simples, moins de consommation, moins de production, de dépendances, de dégâts écologiques collatéraux.

Je ne voudrais pas terminer sans dire que votre réaction montre à quel point il est important d'amener des questionnements sur l'avenir de l'humanité qui passe également par des réflexions interpellatrices sur nos sociétés et nos modes de vie. Peut être que, en semant quelques graines de prises de conscience, pousseront dans un lointain avenir quelques petites améliorations dans nos sociétés et une petite germination de sagesse. Il n'est pas interdit de rêver... même si l'on est conscient qu'on nage dans l'utopie.

Claude Aubert,
Lausanne

*   *   *   *

et la discussion continue !

...poser les questions autrement et distinguer des éléments de réponses

Monsieur le Professeur,

D'abord, je vous adresse une reconnaissance maximum pour votre réponse rapide, circonstanciée et totalement dépourvue de cette arrogance trop souvent attribuée aux "intellectuels" qui, par un élitisme affiché, condamnent au silence les petits gens comme votre serviteur en les faisant bien sentir la "médiocrité" de leurs situations, la petitesse de leur esprit et l'insignifiance de leurs propos. Pour une fois qu'une de mes lettres fut reçue avec un plaisir évident, je ne manquerai pas l'occasion de vous en remercier !

Je dois, néanmoins, avouer que les réponses aux questions que je vous ai posées ne sont pas aussi évidentes que ce que je pouvais espérer et je dois admettre que je ne peux pas attendre à ce que d'autres puissent formuler ce que je ne peux articuler moi-même !

Je vais donc tâcher de poser les questions autrement et voir si dans cette formulation, je puisse distinguer des éléments de réponses.

Si j'ai bien compris votre lettre, je peux supposer sans trop me tromper que nos vues sur l'évolution sont assez proches et correspondent aux sentiments que beaucoup de nos contemporains expriment quotidiennement dans leurs recherches de sens quant-à ce qui arrive de nos jours. Effectivement, entre les crashs boursiers, les ouragans déchaînés, les étés pourris, les coups de déprime, malaises divers et angoisses existentielles, nous sommes de plus en plus confrontés aux perplexités de l'existence et forts de nos prises de conscience, nous pouvons constater que ce monde de l'apparence, où la domination des plus forts et de la pensée-unique économique priment, constitue le sommet de la pyramide évolutionnaire.

Mes réflexions sur l'évolution m'amène aux conclusions suivantes: nous nous trompons sur la signification même de ce terme !
L'évolution n'est pas le point de départ des organismes, les lignées naissent par les mutations successives et conséquentes des gènes. L'évolution n'est que le perfectionnement des organismes pour s'adapter à l'environnement. En favorisant les caractéristiques les plus fortes, elle pousse les organismes à un développement extrême (c.f. les dinosaures), engendrant ainsi des monstres. L'évolution est donc extrémiste tendant toujours vers des solutions extrémistes et cela rend les organismes vulnérables aux changements brusques !
L'homme est la dernière production de cette combinaison mutation-évolution sous l'emprise de la logique de la survie du plus fort et du plus apte. L'évolution, en favorisant les comportements et attitudes qui permettent aux hommes dans un premier temps de survivre et dans un deuxième temps de dominer le monde et tous les autres races, d'imposer sa marque et devenir l'élite et d'accéder au temple des dieux, a crée une chimère. En effet, la race humaine, parce qu'elle croit maîtriser la connaissance et la science et pense dominer la Terre, est devenu carrément "dieu".

En ce sens, nous pouvons être d'accord; effectivement l'évolution ayant favorisé les traits dominants et la force, mène à la guerre et à la domination des autres. Mais je ne peux, en tant que simple artisan, infléchir l'évolution car je n'ai aucun moyen pour agir sur ces données fondamentales et je doute que même un ingénieur en biogénétique pourrait le faire tant les conditions de l'évolution nous dépassent dans leurs complexités et leurs durées! Je crois, pour le moment, que l'homme, tel le dinosaure, doit aller jusqu'au bout de son développement, jusqu'au terme de son karma matériel évolutif et il doit vivre cet état au plus profond de son énergie, au plus près de ses envies et pulsions. Ce qui en sortira, seul le futur le dira! Pour le moment, nos sociétés n'ont pas vraiment évoluées depuis que l'homme est l'homme et nous répétons les mêmes problèmes et tourments depuis l'aube de l'humanité, les récentes découvertes de civilisations datant de plus de 4000 ans avant JC dans le désert saharien qui fut à cette époque florissant, montrent qu'il existait déjà des dominants, des riches qui soumettaient les populations à leurs pouvoirs et qui menaient des guerres monstrueuses pour y parvenir.

Comme vous pouvez le remarquer, je ne tiens pas à inscrire notre évolution dans un jugement positif-négatif car je crois que cela est pernicieux et fausse le débat sur notre devenir. Notre état est la conséquence de 1,6 milliards d'années d'évolution et de mutations successives et il serait pour le moins présomptueux de croire que nous pouvons "améliorer" notre race sans avoir pu au préalable prendre conscience de notre état et du pourquoi de nos actions et sans avoir pu sérieusement étoffer nos connaissances pour le moins fragmentaires sur comment marche l'évolution. Je ne pense pas que l'évolution soit en tant que telle "mauvaise", par contre je constate que certains hommes imbus d'une supériorité acquise par je ne sais quel facteur, utilisent les notions propres à l'évolution pour parfaire leur domination de la Terre et des autres, pour édifier des théories les permettant d'exercer un pouvoir et d'amasser des fortunes et pour favoriser des constructions pérennisant cette domination (religions, politiques, guerres, soit des pensées-unique !). S'il y a du "mauvais" et si l'on doit juger, c'est à ce niveau qu'il faut le faire et les prises de conscience doivent se faire pour que l'intelligence humaine soit également répartie pour que la race humaine, comme un tout, évolue vers des êtres sensibles, empathiques, constructivistes, où les talents des uns servent au bien-être de tous, où chacun deviendrait auteur de sa vie, acteur de sa communauté, frère et sœur en compréhension...

Mais cela est, comme vous pouvez l'imaginer, parfaitement utopique. Le problème principal de vouloir apporter des "petites améliorations" dans nos sociétés est que cette envie se traduit dans la majorité des cas par des tentatives totalitaires du type "nouvel homme", et finit souvent par des régimes où l'essence de l'homme est niée pour lui substituer une domination exécrable indigne de nos capacités mais si utile pour l'assise du pouvoir. Je pense qu'un minimum d'utopie est quand même nécessaire pour qu'une autre lignée puisse naître et il faut donner le maximum de chance à tous ces gens qui refusent l'ordre établi, qui luttent contre les dominations, qui cherchent d'autres perspectives, d'autres valeurs, d'autres moyens de vivre. Le système néolibéral actuellement en vigueur étant le paroxysme de cette évolution des plus forts doit laisser la place aux hommes de bonnes volontés qui à un niveau plus proche, investissent dans les puissances créatrices de l'être humain et formulent d'autres relations entre les hommes que celles des rapports de force, de la quérulence, de la guerre, de la croissance, de l'industrialisation, de la consommation et de l'argent. Comme vous pouvez le constater, il y a loin de la coupe aux lèvres car les forces qui font avancer la race humaine sont pour le moment très destructrices et tendent vers l'empire du "Mal" !

Moi non plus je n'ai pas la prétention de pouvoir "changer la vie" (pour prendre exemple sur ces politiciens en campagne qui en font un fond de commerce !) mais je crois que chacun peut à son niveau et avec ses capacités (mêmes restreintes !) mener des réflexions qui peuvent lui apporter des prises de conscience qui finissent par changer SA vie et lui permettent de se sentir plus en phase avec une évolution "spirituelle" proposée il y a 2000 ans et à laquelle personne n'y pense sauf pour asseoir son pouvoir terrestre et à "inquisitionner" les hommes et les enfermer dans des carcans néfastes !

Si l'évolution aurait un "but", ce serait celui de créer l'individu conscient, agissant constructivement, tendant vers la transcendance spirituelle !!
Hermann Hess dans ses livres "Steppenwolf" et surtout "Siddhartha", malgré ses quelques défauts, m'a permis d'entrevoir les possibles humains et de parvenir à une conception de l'homme qui dépasse le factuel matérialiste, s'éloigne du parvenu économiste et qui contre le néolibéralisme destructeur de l'individu commun et de la société des hommes...

Je serai très content de savoir que mes modestes tentatives d'écriture et de pensée sur le sort humain puissent servir à des discussions avec certains de vos proches et je serai vraiment ravi si vous pensez pouvoir utiliser ces quelques mots pour interroger vos élèves sur le sens de la vie dans le cadre de réflexions philosophiques au sein de vos classes !

En vous remerciant de l'intérêt que vous avez montré à mon égard et pour mes interrogations certes mal formulées, je vous prie d'accepter, cher Monsieur le Professeur, mes salutations les plus distinguées.

Georges Tafelmacher
1009  -  PULLY

*   *   *   *

Parutions dans le 24 Heures...

Lettres de lecteurs

debat 24 Heures
AubertGT
AubertGT
border

*   *   *   *

...et dans le magazine "Coopération"...

l'éditorial de Jean-Christophe Aeschlimann du 9 septembre 2008

«Les pauvres sur la Terre»

La nouvelle vaut qu'on s'en réjouisse: une étude de la Banque mondiale nous apprend que le nombre des pauvres sur la terre, depuis vingt-cinq ans, a décru dans une proportion frappante, sur tous les continents, tombant de 52 à 26%. Mesurés au chiffre moyen, extrêmement bas, de 1,25 dollar de revenu par tête et par jour, les pauvres, ou plutôt les miséreux, dans le monde, seraient passés, en un quart de siècle, de 1,9 milliard à 1,4 milliard. L'Asie de l'Est enregistre l'amélioration la plus spectaculaire: alors qu'elle comptait près de 80% de pauvres en 1981, cette proportion aurait chuté, aujourd'hui, à quelque 18%, soit une sortie hors de la très grande pauvreté pour quelque 600 millions de personnes. Amélioration aussi en Asie du Sud, en Amérique latine, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient.

Seule, exception, hélas: l'Afrique subsaharienne, où la part des très pauvres est demeurée constante (50%), le nombre des déshérités ayant même crû de 180 millions (à 380 millions). Si le premier objectif du millénaire de l'ONU semble atteignable d'ici à 2015 (réduire de moitié le taux de pauvreté de 1990), l'illusion n'est pas de mise: la misère, aujourd'hui, intolérable, existe bel et bien (2,5 milliards de personnes avec moins de 2 dollars par jour). L'immensité du chantier demeure, mais l'espoir, peut être, est permis. Saisissons-le.

© le magazine "Coopération" coop.ch


...et ma réponse telle qu'elle a apparu


opinion COOP
GT
GT


réponse au rédacteur en chef en entier

Monsieur,

Dans le magazine "Coopération Online" du 9 septembre 2008 sous la signature "jean-christophe.aeschlimann@coop.ch", j'ai lu votre éditorial «Les pauvres sur la Terre» qui dit en substance :
«La nouvelle vaut qu'on s'en réjouisse: une étude de la Banque mondiale nous apprend que le nombre des pauvres sur la terre, depuis vingt-cinq ans, a décru dans une proportion frappante, sur tous les continents, tombant de 52 à 26%.»

Cette éditorial n'a pas manqué de me surprendre car je venais de lire une critique "politiquement très incorrecte" sur la façon dont la Banque Mondiale manipule les statistiques pour leur faire dire que le système néolibéral réduit la pauvreté et pour aboutir à la conclusion fallacieuse que l'espoir serait permis !

Il me semble pour le moins surprenant que vous puissiez prendre à votre compte cette nouvelle émanant de la Banque Mondiale qui loin d'être neutre, cherche à nous convaincre que le système néolibéral "améliorerait" le sort des pauvres sur notre Terre. Il est pour le moins curieux que vous puissiez reproduire cette nouvelle sans vous interroger sur le message final que veut délivrer cette institution, ni sur les intentions cachées derrière une nouvelle de ce genre. Mais le plus grave est que vous vous permettez de supposer qu'un espoir serait "permis" et qu'il va dans le sens du système que préconise la Banque Mondiale.

Or, les statistiques nationales démontrent sans l'ombre d'un doute que le système génère une quantité appréciable de pauvres qui, même lorsqu'ils travaillent, ne peuvent plus nouer les fins de mois et deviennent de plus endettés au fur et à mesure que les programmes d'économie rabotent leurs maigres économies. Il est de plus en plus indélicat de fixer un seuil de pauvreté mondial car chaque pays aura son seuil de pauvreté et une personne en Suisse serait pauvre avec 30 dollars par jour alors qu'en Inde, elle serait pauvre déjà à dix dollars par jour. Le seuil d'un dollar vingt-cinq est totalement arbitraire et ne correspond à rien sauf au fin fond de l'Afrique où on serait pauvre même avec dix centimes par jour.

Je suis vraiment outré que dans un magazine de consommation, on cherche à faire croire que la pauvreté aurait tendance à disparaître rien que pour faire une démonstration visant à rendre la société de consommation "politiquement correcte" et acceptable. Mais n'est-ce pas là le but premier de cet éditorial – conforter le monde dans l'idée que le système est "bon" pour l'homme !

On se désespère de perpétuer un système qui a atteint ses limites et qui a démontré l'étendu de ses contradictions. Nous pouvons affirmer, après l'éclatement les uns après les autres de toutes les bulles économiques, que la consommation n'apporte pas le bonheur et ne peut en aucun cas se substituer aux réflexions personnelles et aux prises de conscience individuelles que chacun doit mener de sa naissance à sa mort. Par contre, en valorisant à l'extrême la consommation et en faisant que tous les gestes de vie deviennent d'autant d'actes de consommation, il y en quelques uns qui ont fait fortune, de la grande fortune, des immenses fortunes en dehors de toute réalité quotidienne !

Il est logique que vous défendiez ce système de consommation étant un grand acteur dans ce processus. Il est parfaitement normal que vous cherchiez par tous les moyens à convaincre les gens de continuer à croire en ce système car sans le consentement des gens à être des consommateurs, tout le château de cartes construite depuis la fin de la deuxième guerre mondiale s'écroulerait. Comme nous n'avons pas pu construire une vie alternative assez forte pour faire face au rapport de force de l'économie de consommation, la société restera sans ressources lorsque le système économique sera en butte à ses contradictions quasi existentielles et devra avouer son échec et son incapacité de répondre aux véritables besoin des gens, soit le droit à une existence autonome, coopérative, participative, qui sont ces mêmes valeurs avec lesquelles vous cherchez à vous imposer sur le marché. Au lieu de nous bassiner avec le politiquement correcte dispensé par des organes comme le votre, vous ferez mieux d'apporter aux gens les éléments qui les permettent enfin de trouver en eux-mêmes et avec son entourage de quoi construire leur vie propre.

L'espoir n'est pas que la pauvreté diminue mais que ce système qui génère autant de misère puisse être remplacé par une réflexion menant à la libération des gens des réflexes conditionnés par tant de pubs incitatives, par tant de morale dichotomique, par tant d'arguments justificatifs enrobés de phrases d'un politiquement trop correcte! La pauvreté ne disparaîtra pas par la volonté d'une instance supérieur et dès que chacun pourra vivre selon ses moyens, énergies et environnement et trouver dans son quotidien les vrais trésors et les vraies motivations de la vie et, par conséquent, son épanouissement, alors il n'y aura plus de pauvres sur la Terre !

Ce n'est pas à la Banque Mondiale de résoudre les problèmes des populations, c'est aux populations de résoudre ses problèmes dans un quotidien reconstruit à son échelle, dans ses cadres, en utilisant les moyens qu'elles ont à disposition. C'est aux individus qui constituent cette population d'être les éléments de ce devenir possible.

En vous remerciant de l'intérêt que vous portez à mon message, acceptez mes salutations distinguées...

Georges Tafelmacher
1009  -  PULLY

______________________________________________


la critique "politiquement très incorrecte" susmentionnée...

«400 MILLIONS DE PAUVRES DE PLUS»

STATISTIQUES  -  Damien Millet et Eric Toussaint mettent en avant le manque de fiabilité des statistiques publiées par la Banque mondiale et ses multiples conséquences. «Avec les énormes erreurs de la Banque mondiale dans ses calculs sur la pauvreté, c'est tout l'édifice des politiques internationales actuelles contre la pauvreté qui s'écroule.»

La Banque mondiale vient de reconnaître des erreurs importantes dans ses calculs concernant la situation mondiale de la pauvreté. En effet, alors que «les estimations de la pauvreté établies par la Banque mondiale s'améliorent grâce à des données plus fiables sur le coût de la vie», le résultat constitue à lui seul une violente remise en cause des statistiques produites par cette institution qui traverse une très grave crise de légitimité depuis plusieurs années: d'un seul coup, la Banque mondiale vient de découvrir que «400 millions de personnes de plus que l'on ne pensait précédemment vivent dans la pauvreté». C'est plus de la moitié de la population de l'Afrique subsaharienne !

Cela reflète surtout le manque de fiabilité des statistiques publiées par la Banque mondiale, statistiques qui servent surtout à cautionner les politiques néolibérales imposées à travers le monde par ses propres experts. Selon son communiqué, «1,4 milliard de personnes vivant dans le monde en développement (1 sur 4) subsistait avec moins de 1,25 dollar par jour en 2005», alors que les estimations précédentes tournaient autour de 7 milliards de personnes. Pour autant, la Banque mondiale ne manque pas de se réjouir car ce qui compte pour elle, ce n'est pas le nombre de pauvres, mais la proportion de personnes pauvres. Pourquoi? Parce qu'avec la démographie mondiale galopante, ce chiffre permet plus facilement de faire illusion: si par exemple le nombre de personnes pauvres stagne, la proportion de pauvres baisse mécaniquement au fil des ans.

Voilà pourquoi l'objectif dit "du millénaire" est de réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieure à un dollar par jour. Mais avec les énormes erreurs de la Banque mondiale dans ses calculs sur la pauvreté, c'est tout l'édifice des politiques internationales actuelles contre la pauvreté qui s'écroule. Les politiques d'ajustement structurel (réduction des budgets sociaux, recouvrement des coûts dans les secteurs de la santé et de l'éducation, agriculture tournée vers l'exportation et réduction des cultures vivrières, abandon de la souveraineté alimentaire, etc.), imposées par le FMI et la Banque mondiale depuis le début des années 1980, ont détérioré les conditions de vie de centaines de millions de personnes dans le monde.

Les critiques envers la Banque mondiale n'ont pas manqué à ce propos, puisque Thomas Pogge, professeur à l'université de Columbia, écrivait récemment: «Les méthodes de calcul de la Banque mondiale sont extrêmement douteuses. Il y a des raisons de penser qu'avec une méthode plus plausible, on observerait une tendance plus négative et une pauvreté beaucoup plus étendue. Tant que la méthode actuelle de la Banque mondiale et les données qui se basent sur elle conserveront leur monopole dans les organisations internationales et dans la recherche universitaire sur la pauvreté, on ne pourra pas prétendre prendre ce problème réellement au sérieux.»

La Banque mondiale a fait preuve de son échec, tant sur le plan statistique que sur le plan politique. Plus que jamais, l'objectif visé doit être triple: l'abandon de la logique de l'ajustement structurel, l'abolition de la Banque mondiale et son remplacement dans le cadre d'une nouvelle architecture institutionnelle internationale.

DAMIEN MILLET
ERIC TOUSSAINT (2005)

retour au sommaire


Un engrenage sans fin

Philippe Simonnot • Les 20 erreurs économiques du XXe siècle

Préambule

  1. La guerre n'est pas rentable, elle serait donc impossible...
  2. La guerre est coûteuse, mais elle perdure quand même...
  3. Les vaincus qui paient des dommages de guerre = nouvelle rapine...

Dérives - Le XXe siècle aura été celui de la démence meurtrière et de l'horreur de masse. Dans cette nouvelle série, nous nous proposons de montrer comment les erreurs économiques sont à l'origine des maux de ce siècle.

L'essorLe siècle que nous venons de quitter a été particulièrement atroce. Jamais les hommes n'avaient poussé si loin l'art de se réduire en esclavage et de massacrer. Comme si les progrès de la science et de la technique qui émerveillaient tant nos arrière-grands-parents à la fin du XIXe siècle avaient pour raison ultime la démence meurtrière, l'horreur de masse. La fin de la Seconde Guerre mondiale n'a sonné les cloches de la prospérité que pour la partie la plus riche de la planète. Des dictatures sanglantes persistent ici et là, et quotidiennement la télévision nous offre, entre la poire et le fromage, le spectacle épouvantable de la misère et de la faim. Question: y a-t-il eu des erreurs, et lesquelles ?

«Des mouches aux mains des hommes, voilà ce que nous sommes», fait dire Shakespeare à l'un des personnages du Roi Lear. On peut, certes, lever les poings vers les cieux et accuser la fatalité ou la divinité. Mais c'est un geste vain. Après tout, on a les dieux et les chefs que l'on mérite. Nous n'accuserons donc pas les égoïsmes des nations. Nous ne referons pas pour la millième fois le procès de la ligne Maginot, ni de l'accord de Munich, ni de la guerre froide. Nous ne chercherons la faute ni chez les politiques, ni chez les diplomates, ni chez les stratèges, galonnés ou non, qui ont occupé le devant de la scène dans cette immense tragédie. Délibérément, nous nous intéresserons à ce qui se passe derrière le décor, à toute cette machinerie de coulisse qui a fait la vie quotidienne des hommes et des femmes du XXe siècle. Et, sur ce plan, nous n'aurons pas de difficulté à distinguer une bonne vingtaine d'erreurs !

Il ne s'agit pas, bien sûr, des fautes d'appréciation que chacun d'entre nous commet quotidiennement, mais d'erreurs collectives, ratifiées par l'opinion, assumées par des leaders responsables. Toutes ont eu des conséquences dramatiques. Erreurs de prévision, erreurs de diagnostic, erreurs de jugement, erreurs de raisonnement, elles ont au moins un point en commun: elles auraient pu être évitées! «L'erreur n'est pas une pure négation, c'est-à-dire n'est pas le simple défaut ou le manquement d'une perfection qui n'est point due, mais c'est une privation de quelque connaissance que je devrais avoir» (Descartes, Méditations métaphysiques, IV, 4). Relisons bien ce que nous dit le philosophe. La perfection n'est pas de ce monde - comment pourrait-elle l'être! Mais le monde irait peut-être un peu mieux si nous ne nous privions pas de la connaissance que nous devrions avoir, souvent par lâcheté, démagogie ou simplement parce que nous ne voulons pas regarder la réalité en face.

Funestes enchaînements

«Errare humanum est, perseverare diabolicum», dit le proverbe. L'erreur est humaine, mais il faut bien que le diable se mêle de sa reproduction indéfinie. Ce qui frappe dans l'histoire du XXe siècle, c'est l'enchaînement des erreurs économiques. On commence par nier que la guerre soit économiquement possible, puis on révise cette erreur en affirmant que, si jamais elle se déclenche, la guerre ne pourra durer que quelques mois, toujours pour des raisons économiques. Et ainsi de suite. Et tout cela se termine par des millions de morts, de chômeurs, d'affamés. Comme si chaque erreur était non pas redressée par une autre erreur en sens contraire, ainsi que le veut le tâtonnement classique de l'expérimentation, mais aggravée par la suivante dans une dérive effroyable dont, au seuil du nouveau millénaire, nous ne verrions toujours pas la fin. Cette recherche est fondée sur une hypothèse et sur un postulat. L'hypothèse est que l'erreur économique explique en grande partie l'Histoire. Le postulat, optimiste, est que toute erreur peut être corrigée autrement que par l'erreur.

Philippe Simonnot - le 12/01/2001

références :
Pourquoi ils se trompent
Commentaire critique
Critique du critique !
L'erreur économique

retour au sommaire


Le déchet, une erreur rédhibitoire

Forum de «L'essor» - été 2009L'essor

Thème du Forum :  Le Déchet

La production de déchets provoquée par les activités humaines a atteint une dimension inquiétante et finira par condamner la civilisation économico-industrielle si rien n'est entrepris pour la stopper. Malheureusement, la gestion des déchets est devenue une activité économique à part entière qui a justifié de gros investissements dans des équipements spécialisés : usines d'incinération des ordures, stations d'épuration des eaux, lavage de fumées, véhicules spéciaux pour le transport des ordures, etc. Peut-on changer un système qui représente actuellement une activité économique nécessaire pour maintenir la croissance ?

*   *   *   *

Contribution du lecteur Georges Tafelmacher

Le déchet, au-delà de l'erreur rédhibitoire

Le DéchetEt si on se posait les vraies questions ?

Dans les sociétés de subsistance d'antan, les activités humaines n'ont pas produit de déchets car tout était utilisé, recyclé, retravaillé, renouvelé de la manière la plus intégrée possible, la matière première était trop précieuse et le travail manuel trop dur pour les gaspiller bêtement.

L'énoncé du thème du forum sur les déchets contient toutes les contradictions de notre époque car il est formulé du point de vue largement propagé par notre société de consommation conquérante : "business as usual", activité économique nécessaire et industrialisation obligée. Analysons en profondeur la question posée :

En résumé, le déchet n'est pas une erreur, il est le résultat d'une logique économique basée sur la croissance, la concurrence, le capitale (l'argent), le profit (les gains), la recherche du prix le plus bas, la lutte acharnée pour des parts de marché et l'exercice du pouvoir et, surtout, il est la conséquence de l'importance qu'a pris l'économie, la finance et l'industrie dans une société qu'elles ont modelé selon leurs besoins commerciaux.

Mais qu'est-ce donc un «déchet» ?

De ces définitions, nous pouvons conclure que la question n'est plus «que faire des déchets ?» ni «comment les valoriser ?» mais «que faire pour ne plus en produire ?» !
Ou plus précisément, quel système proposer ou mettre sur pied pour que le déchet n'existe tout simplement plus ?

En tous les cas, ce serait un système qui ne rentrerait pas dans la logique "déchets", qui valoriserait la production holistique d'objets en prenant en compte tous les niveaux d'échanges, soit un système qui serait le fruit de l'engagement et d'une grande participation des gens eux-mêmes qui, enfin devenus des êtres humains raisonnables, réfléchis et conscients et des citoyens responsables et qui, rendus attentifs aux pièges de la consommation vecteur d'identité et de valeur d'élitisme, sauront utiliser ce qu'ils ont à disposition avec une efficacité maximum. Mais de nos jours tout concourt contre un tel système, ce type de société est considéré comme une utopie inatteignable, une anarchie propre à mettre à bas les capitaines de l'économie, la pensée-unique économique néolibérale et les valeurs hégémoniques de la consommation instituée en dogme opératoire...

Comment mettre fin à cette hégémonie économique rédhibitoire ?
Comment démarrer une remise en question fondamentale des fondements même de cette société de consommation dont les déséquilibres enflamment ce monde d'un feu nourri par les montagnes de déchets déjà produit dont on ne sait que faire ?
Comment faire pour que tout et chacun puisse participer à la création, la mise-en-forme et le suivi d'une société citoyenne et écologiquement neutre ?

Il me semble que pour changer le système, il faut déjà pouvoir se poser ces vraies questions !
Et surtout, nous devons nous méfier de ces questions qui ne mettent pas en question les fondements de ce système d'exploitation et de pouvoir et qui nous détournent de l'essentiel avec ces approches simplistes qui font le lit d'une activité économique qui maintient la croissance et donc la richesse de quelques uns et donc les déchets !

Georges Tafelmacher
pour «L'essor»


*   *   *   *

LE COURRIER   du LUNDI 6 JUIN 2011   pg.2

CONTRECHAMP  -  INVITÉ

OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE !

PRODUCTION - Émanation de l'industrie de masse pour solutionner ses problèmes de surproduction, symbole de la société de consommation, l'obsolescence programmée a plus d'un visage. Et ses effets pèsent lourd en termes éthiques, socio-économiques et environnementaux. Tour d'horizon.

PIERRE-HENRI MORIN

dechetL'obsolescence programmée est un concept de production industrielle consistant à créer un produit dont la durée de vie est volontairement limitée. La durée de vie (en heures, en cycles, en kilomètres, ou autre) d'un produit a toujours fait partie de son cahier des charges, dès sa conception. Par exemple au minimum, 5'000 heures ou 10'000 cycles. Dans les produits de conception classique (à obsolescence non programmée), la durée de vie minimum est définie, mais aucune durée de vie maximum n'est signalée si ce n'est par leur mort "naturelle" liée à l'usure. Dans les produits à obsolescence programmée, le cahier des charges définit une durée de vie inférieure et supérieure. Un produit défini pour durer 5'000 heures doit fonctionner durant ce laps de temps: 5'000 heures,ni plus ni moins.
Il existe deux concepts proches: l'obsolescence programmée et le vieillissement programmé. Dans le premier cas, le produit est encore parfaitement fonctionnel, mais a perdu sa compétitivité par rapport à des produits plus récents. Dans le second, il n'est plus fonctionnel. On confond souvent ces deux concepts en un seul sous le nom générique d'obsolescence programmée.

«La quantité de déchets générés par la mise au rebut de produits obsolètes, ou issus de la production massive de produits de remplacement, pose d'énormes problèmes de traitement et de stockage, généralement dans des pays du tiers monde.»

lire plus

PHOTO KEYSTONE - Tubes cathodiques provenant du démontage d'écrans d'ordinateurs, dans l'unité industrielle de débris électroniques de Noida, en banlieue de New Delhi (Inde), octobre 2009.


*   *   *   *

Le Déchet
Lorsque l'objet devient déchet !

retour au sommaire



Les dérives du néolibéralisme

Forum de «L'essor» - été 2010L'essor


Thème du Forum :  Les dérives du néolibéralisme

neoliberalismeLe libéralisme est une doctrine fondée sur la notion de droits économiques: droit à disposer librement de sa force de travail et des produits de son travail, liberté d'échanger, de contracter, d'entreprendre, etc., ce qui justifie l'économie de marché.
Apparu au début des années septante, le néolibéralisme, même s'il contient le même mot, est un dogme très différent. Il prône une limitation du rôle de l'État en matière économique, sociale et juridique (ce qui n'empêche pas les banques d'être sauvées par les milliards des États). Ses détracteurs lui reprochent d'accroître les inégalités sociales et la précarité, de réduire la souveraineté nationale et surtout de transformer l'homme en marchandise. Les plus grands opposants au néolibéralisme devraient être les vrais libéraux.
Qu'en est-il en réalité ?
Dans notre prochain forum, des personnes d'horizons politiques très différents s'exprimeront. Mais il est bien entendu que tous les lecteurs de "l'essor" peuvent s'exprimer très librement.
RCy

*   *   *   *

Contribution du lecteur Georges Tafelmacher

Le néolibéralisme n'est qu'un fond de culotte...

neoliberalismeLe libéralisme ainsi que son fils naturel le néolibéralisme, prônent une limitation du rôle de l'État à son expression la plus simple, soit de fixer un cadre aux échanges économiques avec le moins d'entraves possibles, d'imposer une morale unidirectionnelle formatrice et des valeurs de domination et de pouvoir soft. Le néolibéralisme n'est autre que l'expression brutale de la nature humaine dans tout ce qu'elle a de dure, de cruelle, d'impitoyable, d'inhumaine, de contraignante et d'imposante et il est même la forme la plus aboutie d'une dictature des élites et des méritants, des leaders et des charismatiques que cette terre ait porté depuis que les hommes ont inventé l'élitisme, le pouvoir et l'enrichissement. Il est l'expression même de notre égocentrisme, de notre obsession du pouvoir, et son moteur est la concurrence et la compétitivité, formable machine de ségrégation et d'hiérarchisation des individus car il les classe selon leurs performances évaluées selon les besoins économiques conçus par des dirigeants n'intéressés qu'à la consolidation de leurs fortunes et de leurs empires. Le néolibéralisme n'est rien d'autre que l'abâtardissement des nobles percepts de l'anarchie libertaire qui elle prônait le droit de disposer librement de sa force de travail et des produits de son travail, la liberté d'échanger, de contracter, d'entreprendre, à tous les niveaux, pour tout le monde et où l'économie est considérée dans sa globalité depuis les tâches ménagères jusqu'aux projets communautaires les plus fous !

Le néolibéralisme exprime d'une manière crue le fond de commerce libéral qui postule la suprématie de quelques méritants vertueux sur cette masse d'ignares de sans-culottes qui ne savent que brailler et foutre l'anarchie, descendre dans la rue et renverser les poubelles. De cette façon, les autorités peuvent justifier les charges des forces de l'ordre et ses gaz lacrymogène, ses balles en caoutchouc et ses coups de matraque, d'une police aux ordres des dominants locaux, ces dominants étant eux-mêmes aux ordres des dominants du G20, qui sont eux-mêmes aux ordres des pontes de l'économie, des banques et de l'industrie, qui sont eux-mêmes aux ordres d'un système si totalitaire que nous ne pouvons plus faire autre chose que de descendre dans la rue, de hurler notre mécontentement et de renverser les poubelles néolibérales culottées !

neoliberalisme Lorsque nous analysons ce qui se passe, nous nous en sortons catastrophés car il semblerait que cette crise du néolibéralisme qui viole la terre est le signe même que chez l'homme, quelque chose dans son mental n'a pas suivi son "progrès" matériel et l'augmentation de son pouvoir, quelque chose fait que l'homme est mené par ses tendances autodestructives que rien ne semble arrêter et surtout pas tous ces appels à la responsabilisation, à la moralisation et à la mise sous éthique de ces valeurs prétextes pour le contrôle des individus. Le plus que nous essayons de dénoncer ce qui se passe, le plus sûrement que nous fonçons dans un précipice !

Ce qui fait vraiment peur est de voir à quel point nous sommes capables d'infliger des meurtrissures fatales à notre écosystème et de nous justifier sans vergogne en faisant appel à nos plus bas instincts de consommateur, à nos envies et besoins matérialistes et égocentriques, à nos tentations de pouvoir et de gloire, à nos sentiments d'exister et de s'imposer, à nos tendances à l'enrichissement. Ce qui se passe est la preuve même que tout ce système est autodestructif et tend vers l'annihilation et la destruction finale. Tout nous pousse à la consommation et la consommation nous pousse vers un destin incertain mais certainement fatal au vivant. Nous nous comportons comme si nous étions des mécaniques parfaites sur lesquelles il suffit d'imposer une volonté pour trouver le bonheur, bonheur vendu par les temples de la consommation et les shopping-centers, nourri par la publicité reine de nos émotions !

Le néolibéralisme tend un miroir vers nous et nous voyons la mort !
La mort de la terre surexploitée, des espèces menacées, du vivant massacré !
La mort de tout ce que l'intelligence humaine a gagnée depuis 100'000 ans et le triomphe de tout ce que l'homme porte de destructif en lui. Mais le pire est d'entendre que toutes ces justifications pour ces destructions se font au nom du progrès, de l'industrialisation porteuse, soi disant, de bonheur, de richesse et de gloire; la morale, les valeurs et l'éthique ne servant qu'à caler nos certitudes dans le confort des acquis matériels et de notre pouvoir sur la création. Ils nous disent qu'ils créent les emplois du futur mais à quoi bon ces emplois si nous devenons complètement malades de notre environnement massacré et surexploité. Ils nous disent vouloir nourrir le monde mais à quoi bon si le monde s'autodétruit !

neoliberalismeLe plus grave étant qu'aucune éducation ne changera quoique ce soit à cet état, aucune loi ne modifiera ces tendances, aucun appel à la responsabilisation ne sera opérant car ces tendances sont inscrites dans nos gènes mêmes, dans notre évolution guerrière et de pouvoir, dans la conception de notre surimportance, dans l'idée même que nous faisons de nous-même gonflés comme des coqs trop sûrs d'eux confits dans leurs petites assurances et régnant sur leurs bassecours comme des tyrans mégalomaniaques, obsédés par l'influence qu'ils cherchent sur autrui. Tant que les puissants et les régnants ne se rendent pas compte du tort qu'ils infligent au monde et ses habitants, tant que tout le système pousse à plus de consommation, plus d'industrialisation, plus d'exploitation, plus de compétition, tant que tout est axé sur le progrès, la croissance, la concurrence, l'enrichissement, la spéculation et le cours de la bourse, alors rien ne changera, rien n'empêchera cette course vers annihilation finale où les chambres à gaz seront les centres de nos villes asphyxiés par les gaz de millions de voitures et de fabriques fumeuses. Tant que nous n'arrivons pas à appréhender l'entier du drame humain et à comprendre ce qui se passe et pourquoi, tant que nous ne pouvons pas reconnaître ce qui ne tourne pas rond chez nous, jamais nous ne pourrons continuer notre cheminement sur cette terre devenue notre purgatoire et l'ante-chambre de l'élimination de la vie sur cette terre. Le plus que nous analysons ce qui se passe, le plus que nous pouvons faire le constat d'une volonté de destruction portée non pas par quelques marginaux déjointés ou terroristes furieux mais par le commun des mortels pris dans la logique néolibérale de la pire espèce, le néolibéralisme étant le summum de la nature humaine la plus sordide, accapareuse, et, finalement, destructive.

La seule question que nous devons nous poser est de savoir comment nous débarrasser de ces puissants qui veulent nous diriger, comment arrêter ces spéculateurs de jouer notre système à la bourse, comment faire venir à de meilleurs sentiments ces directeurs qui veulent faire fortune, comment stopper ces discours apologétiques qui renforcent et justifient cette économie champ de guerre en temps de paix, comment contrer ce moralisme menottant et l'utilisation de valeurs camisoles de force contraignantes et formatrices, comment cesser de juger, de classifier, de jauger les gens et de les mettre dans des prisons formatées...

Oui, comment faire pour que les puissants de cette terre cessent d'être puissants pour n'être que des humains comme le commun des mortels avec nos doutes, nos peurs, nos angoisses, nos espoirs, nos visions et plans pour l'avenir ??

N'oublions jamais que la réalité est que l'homme est tellement destructif qu'il est capable de tuer le monde sous prétexte de vouloir nourrir la planète et de l'étrangler pour faire son bonheur...

Vive la révolution et à bas les dominants et leur système si totalitaire que nous devons... résister avec culot !!

Georges Tafelmacher
dit GPT
pacifiste, antimilitariste, altermondialiste



Les manifs
Lorsque la manif devient la seule règle contre le néo-despotisme !

retour au sommaire


Non au gaspillage !


Forum de «L'essor» - été 2011

Le gaspillageThème du Forum :  Le Gaspillage

Selon toute vraisemblance, la Suisse va abandonner l'énergie nucléaire. Il faudra trouver des énergies de substitution, si possible renouvelables. Les milliards consacrés à la construction des centrales nucléaires devront être utilisés pour mettre au point de nouvelles technologies (éoliennes, géothermie, panneaux solaires, etc.) qui seront performantes et qui préserveront l'atmosphère de rejets massifs de CO2.
Parallèlement, il faudra faire des économies d'énergie. En tout premier lieu, les entreprises devront montrer l'exemple en ne fabriquant pas des produits inutiles. Même si cela ne constitue qu'une toute petite partie de la consommation globale, chacun devra faire un effort au niveau de la vie quotidienne. Il faut utiliser des appareils moins voraces en énergie, régler le chauffage avec un peu plus de modération, veiller à éteindre les appareils quand on ne les emploie pas. Il faut aussi éviter de gaspiller la lumière en réduisant dans le temps les illuminations de Noël, réduire les emballages, consommer moins d'eau.
Qu'est-il possible de faire concrètement dans la vie de tous les jours ?

* en rouge = "impératif catégorique" !


*   *   *   *

Contribution au Forum de "L'essor" sur le gaspillage par le lecteur G.Tafelmacher

Avant de s'attaquer au gaspillage, attaquons-nous à la logique qui rend possible ce gaspillage !

Avant de nous poser la question de savoir ce qu'il est possible de faire concrètement dans la vie de tous les jours pour éviter le gaspillage, nous aimerions savoir pourquoi nous sommes dans cette situation, comment nous en sommes arrivés là et quelles sont les prémisses de cette société qui a permis cela.

Un petit retour dans le temps est donc nécessaire. Dix ans après la deuxième guerre mondiale, en 1955, un spécialiste américain du marketing, Victor Lebow, exhortait le monde occidental dans les termes suivants :
«Notre économie à la capacité de production énorme, demande que nous fassions de la consommation un mode de vie. Il faut que nous convertissions l'achat et l'utilisation des biens en rituels, que nous cherchions notre satisfaction spirituelle, la satisfaction de notre ego dans la consommation. Nous devons consommer les choses, les brûler, les utiliser, les remplacer et les jeter à un rythme toujours plus rapide».

De plus en plus, il est devenu nécessaire pour survivre de suivre aveuglément la pensée unique de la consommation devenue névrose collective et, carrément, la base de toute notre activité économique. Le gaspillageNotre société est basée sur la production et la vente d'autant d'objets que possible quelle que soit leur utilité, ces objets étant soumis à la règle de l'obsolescence programmée, c'est-à-dire, l'usure prématurée des objets pour obliger les consommateurs que nous sommes devenus par la grâce de la magie publicitaire dirigée, de les changer constamment. Le gaspillage est la fonction par laquelle s'opère le progrès, la croissance, le développement et si nous nous mettions à suivre les injonctions de cette nouvelle morale de la quête des économies d'énergie ou du développement de l'économie dite "verte" en passe de devenir l'industrie de demain, nous ne faisons que de déplacer le problème car, fatalement, la logique du système fera qu'il y aura toujours plus d'objets industriels manufacturés. Et ce n'est pas parce qu'ils ont été fabriqués "écologiquement" que la terre sera moins polluée car, ironiquement, la fabrication "écologique" a des demandes d'eau gigantesques et utilise des matériaux qui poseront d'énormes problèmes dans vingt ans à l'instar des produits de la nanotechnologie.

Nous pouvons même affirmer que si nous mettions en pratique les exhortations aux impératifs catégoriques telles qu'elles ressortent dans l'introduction à ce Forum où il n'y a pas moins d'une dizaine du type «il faut, nous devons, veiller, etc.», ce sera la ruine de l'économie actuelle et de notre monde tel que nous le connaissons. Au lieu de nous assommer avec autant d'impératifs et d'injonctions, nous ferions mieux de nous révolter contre ce système qui n'a que la production comme Graal ultime, pour qui l'objet est investi d'une grande importance et de repenser notre société en des termes qui permettent la survie de la vie, le développement de l'individu et la renaissance des quartiers et des villes à taille humaine !

Le gaspillage étant le nerf de notre développement économique présent, pour éviter ce gaspillage, un changement des paradigmes de cette société serait nécessaire et cela va au-delà des quelques lampes à éteindre ou du chauffage à modérer. Il s'agit de repenser notre relation avec l'objet, de voir en quoi il est la compensation de notre "mal-être" psychique, de dépasser notre conditionnement de consommateur, de sortir de cette dépendance infantile à l'objet, de comprendre nos besoins et de voir comment nous pouvons les satisfaire sans avoir recours aux artifices de la consommation débridée ou de l'industrialisation galopante.

La seule chose possible que nous pouvons faire dans notre vie de tous les jours c'est de récréer des relations holistiques avec nos contemporains faites d'empathie, de compréhension, de respect et de reconstruire notre présent de façon plus humaine où chacun serait auteur de sa vie et acteur significatif de sa communauté. Si déjà à présent, nous nous efforçons de bâtir notre maison, planter nos choux, entretenir des rapports conviviaux avec nos voisins, alors les problèmes se résoudront d'eux-mêmes sans qu'il soit nécessaire de nous encombrer d'une bible entière de résolutions impossibles à tenir ourdies par ces ayatollahs de la nouvelle morale et les tenants de l'industrie verte !

Cette société a fait de nous des consommateurs, à nous de secouer cette éducation et de la substituer par notre intelligence sociale, notre génie humain, notre entregent et notre envie de survie !


*   *   *   *

Petit complément adressé au rédacteur du "L'essor"...

C'est avec joie que je participe à votre Forum, estimant que le thème est de la plus haute importance !

Effectivement, il ne se passe pas une seule journée sans que nous soyons mis brutalement face aux conséquences de nos choix de société et il est urgent que nous fassions tout pour empêcher l'inéluctable, soit, carrément, la disparition de la vie complexe sur notre terre. Certes, la vie continuera après nous, mais elle sera réduite à sa plus simple expression, soit les bactéries, vers, moisissures, champignons et autres organismes simples.

En tant que dépositaires de la connaissance et du savoir, notre rôle aurait dû être celui de la conservation de la complexité de la vie et de la pensée holistique mais cette part obscure de l'homme fait que nous sommes emportés par cette vague hallucinante de l'enrichissement à tout prix et de la satisfaction obsessionnelle de nos pulsions autodestructives quasiment inconscientes !

Je pense qu'il serait nécessaire à l'homme de mieux se comprendre et d'entreprendre les démarches nécessaires pour que la vie complexe puisse continuer sa progression constante mais au rythme où vont les choses, ce progrès se fait à reculons et à rebours du bon sens. L'importance que nous avons donné à la consommation est plutôt signe de nos détresses mentales, de nos problèmes psychologiques et toute résolution de nos problèmes de société passeraient forcement par une prise de conscience où nous serions capables de faire les choix nécessaires pour que notre Terre perdure et atteint sa plénitude.

Pour cela, des publications telles que le vôtre montrent leurs absolues nécessités et je suis heureux d'y apporter ma modeste contribution même si je suis conscient que cela ne résoudra pas le problème de la trop grande emprise des centres patronaux et de leurs servants dans l'établissement de cette société disjonctée et polluée qu'ils mettent en avant comme étant celle du "progrès" et du "développement technologique".

J'attends avec fébrilité la parution du prochain "L'essor". Tout ce que j'espère, c'est que de cela, il en sortira une discussion qui, enfin, obligera les dirigeants économiques et politiques de revoir leurs manières plus que jamais dangereuses, inconscientes et destructives. Il est pour le moins grave que le sort de notre monde soit entre les mains de ces personnages peu recommandables et qui, pourtant, règnent sans partage sur un monde à leur botte. Cela m'étonne, pour le moins, que ces gens ne se rendent pas compte de leur philosophie aberrante et continuent, malgré toutes les mises-en-garde, à produire des situations "à la Grecque" ou le peuple sera "puni" d'avoir justement consommé comme l'avait exhorté les économistes des trente glorieuses !!
GPT


*   *   *   *

DU GRAND N'IMPORTE QUOI DANS LES RENOUVELABLES

Le gaspillageCeux qui font confiance au marché et regardent ailleurs quand on leur parle des fabricants de cellules photovoltaïques qui utilisent des nanomatériaux dont on ne sait pas mesurer la toxicité à l'heure actuelle de leur produit, évoqueront peut-être un mouton noir à propos de  LM Wind Power. Cette entreprise danoise de pales d'éoliennes est la première sur le marché mondial. Elle utilise du styrène pour fabriquer ces pales, un produit classé «cancérogène possible pour l'homme» par l'OMS et que le ministère américain de la Santé vient de classer "substance cancérigène" tout court. L'Inspection du travail danoise a "réagi" 52 fois sur des problèmes liés aux substances chimiques chez LM Wind Power entre 2000 et 2010. Durant la même période, ses services ont reçu 786 plaintes de salarié-e-s (323 pour des maladies professionnelles et 463 pour les accidents de travail). Les ouvriers malades se plaignent de problèmes respiratoires, de crises d'asthme, de même que de pertes de mémoire, de diarrhées, de maux de tête et de symptômes tels qu'une transpiration abondante. L'entreprise a été condamnée à 92'000 dollars d'amende aux États-Unis à cause de cinq violations de la sécurité au travail dans son usine de Grand Forks (Dakota du Nord). Les concurrents de LM Wind Power, le danois Vestas et l'allemand Siemens, ne travaillent plus avec du styrène depuis les années 90. Ils utilisent des résines époxy, également hautement toxiques.

solidaritéS n°191 du 08 juillet 2011

retour au sommaire


«Le mouvement des Indignés»

L'essorForum de «L'essor» - hiver 2012

Thème du Forum :  Les indignes

Les IndignesOn parle beaucoup du mouvement des Indignés qui essaime partout dans le monde à une vitesse vertigineuse. Avec raison, ces femmes et ces hommes, en général des jeunes, contestent le système néolibéral basé exclusivement sur le profit, qui favorise la paupérisation d'une grande partie du monde, qui exploite et méprise les humains et qui accroît les inégalités sociales.
Pour qu'il y ait des indignées, il faut évidemment qu'il y ait des institutions ou des personnes indignes. Quelles sont-elles? S'agit-il des gouvernants, des banques, des entreprises ou des hommes qui exploitent, polluent et tuent (de manière directe et indirecte comme par exemple avec l'amiante ?)
Dans ce forum de février 2012, nous monterons du doigt quelques-unes des ces institutions ou de ces personnes indignes, non pas pour les livrer à la vindicte populaire, mais pour bien montrer qu'elles ont un mépris total de l'intérêt général. Nos lecteurs sont invités à participer activement à ce forum en nous fournissant des cas concrets. Nous souhaitons recevoir des articles courts, pour être à même de donner le plus possible d'exemples !


*   *   *   *

Contribution au Forum de "L'essor" sur l'indignation par le lecteur G.Tafelmacher

Les élus de droite n'ont pas le temps de s'indigner !

Un ancien élu radical a reproché à notre rédacteur responsable de ne pas avoir donné la parole à des femmes et à des hommes de droite dans son livre «Le peuple des moutons». Fausse accusation: une dizaine de membres de l'UDC, du PDC et du Parti libéral-radical ont été sollicités mais tous ont répondu négativement ou, pire encore, n'ont pas donné de réponse.

Pour ce forum intitulé «Les indignes», rebelote! Rémy Cosandey a contacté par écrit plusieurs personnalités de droite bien connues, estimant que l'indignation était une valeur universelle qui pouvait être partagée par des personnes de toutes tendances politiques. Hélas, une fois encore, les réactions négatives ont été nombreuses.

Petit florilège :

Les collaborations que nous avons reçues peuvent se résumer ainsi: le fossé augmente entre les riches et les pauvres, l'économie est uniquement au service des plus riches, un milliards d'êtres humains meurent de faim alors que la planète a de quoi nourrir 12 milliards de personnes. Mais, comme le disent si bien les Indignés de La Chaux-de-Fonds que nous avons rencontrés, il faut maintenant passer de la parole aux actes.

Le comité rédactionnel de l'essor

*   *   *   *

Contribution au Forum sur les indignes de "L'essor" par le lecteur G.Tafelmacher

D'innombrables motifs d'indignation !

En occupant avec entêtement notre espace-temps collectif, les Indignés nous interpellent tous. Ils matérialisent la crise et rendent flagrante l'absence de réponses institutionnelles. Ces villages de tentes sont insupportables à ceux qui veulent nous enfermer dans nos voitures, nos salons, nos écrans et ces professionnels de la politique réagissent avec condescendance aux indignations des indignés...

En effet, chaque fois que l'indignation se manifeste, les milieux institutionnels cherchent toujours à la rendre aussi puérile et enfantine que possible pour ôter au mouvement de protestation sa légitimité. Pour eux, l'indignation ne serait que l'expression de colère de quelques énervés juvéniles et ils ne réduisent le mouvement qu'à ses aspects violents, disqualifiant ainsi toute contestation. La péjoration de l'indignation est une arme fatale pour le mouvement et même si les protagonistes s'en défendent, ils ne sont pas dans un rapport de force qui permettrait un recul significatif des ambitions patronales et des prétentions politiciennes.

Mais l'indignation est le premier pas concret dans une logique qui mène de la prise de conscience de ce qui se passe, à la compréhension des forces en jeu et puis, à une certaine action collective. Et c'est cela qui inquiète le plus nos dirigeants: que la masse des citoyens prenne conscience des véritables raisons de la crise et commence à leur demander des comptes...

Nous pouvons lister toute une série de motifs pour l'éclosion d'indignation :

Et il y a assez de motifs d'indignation pour remplir des pages; alors pourquoi cette léthargie face à l'activisme accéléré de ceux qui se croient nantis d'un droit suprême de diriger cette société selon leurs envies et besoins ?

À l'heure où les plans d'austérité et les licenciements vont occuper la scène politique de 2012, nous ne devons pas laisser passer cette opportunité historique de renforcer le mouvement social traditionnel et de reprendre l'offensive.

Alors, Occupy 2012 en Suisse aussi ?

Georges Tafelmacher

*   *   *   *

Petit complément adressé au rédacteur du "L'essor"...

Et moi, je suis indigné que la dizaine de membres de l'UDC, du PDC et du Parti libéral-radical qui ont été sollicités, n'ont pas daigné répondre ni même négativement ou, pire encore, n'ont pas donné de réponse. Qu'est-ce qu'ils ont à se plaindre alors ?

Mais je remarque quand même que la contestation est le fait de la Gauche, quoiqu'on puisse dire car la Droite, elle, aurait plutôt tendance à se persuader que tout cela est parfaitement "normal", soit qu'il y aurait les dominants d'un côté et les dominés d'un autre et que l'indignation, pour elle, est au mieux des trépidations d'enfants gâtés (gauche-caviar !) ou, au pire, des énervements d'énervés donc insignifiants mais toujours le fait de dominés !
La Droite, semblerait-il, ne va pas perdre son temps à s'indigner, elle va plutôt chercher à convaincre les gens d'accepter la situation comme étant dans l'ordre des choses et qu'au lieu de s'indigner, nous ferions mieux investir, entreprendre, spéculer, devenir riche et dominer !
Ou alors, si nous ne le pouvons pas, au moins, nous devrions nous taire et rester simples consommateurs et si quelque chose ne va pas, faire des réformettes démagogiques mais qui renforcent le pouvoir de nos commandants !
Il n'y a rien à attendre de la Droite car elle est trop puissante car trop impliquée dans la société telle qu'elle est et elle ne voudra jamais admettre que l'état du monde serait de sa "faute". Au contraire, elle passe son temps à nous accuser nous, la Gauche, de la dégradation des mœurs, de la montée de la violence, de la survenance de la crise parce que nous aurions osé crier notre mécontentement lors de nos multiples manifs, pétitions et autres...
Le WEF en ce fin Janvier 2012, nous montrera l'étendue de son pouvoir et de sa capacité de résilience et la Gauche en prendra un sacré coup à l'aine avec ses manifs protestataires dans ses igloos qui seront la risée de l'establishment...

Pour plus de détailles, visitez la page :   W E F


Gauche Caviar
La Gauche-Caviar dans toute sa splendeur !

retour au sommaire


«Les méfaits du capitalisme»

L'essorForum de «L'essor» - été 2015

Thème du Forum :  Les méfaits du capitalisme

Le capitalisme ?
capitalisme Selon les dictionnaires, c'est un système économique et social fondé sur la propriété privée des moyens de production et d'échange. Il se caractérise par la recherche du profit, l'initiative individuelle et la concurrence entre les entreprises.
Selon Karl Marx, il s'agit d'un mode de production caractérisé par la recherche de la plus-value fondée sur l'exploitation des travailleurs.
Aujourd'hui, le néolibéralisme a remplacé en pire le capitalisme. Certains groupes font des bénéfices qui se chiffrent en milliards de francs et les grands directeurs perçoivent des salaires indécents. Le but du néolibéralisme n'est pas de donner du travail mais faire davantage de bénéfices. Des banques et des entreprises qui roulent sur l'or n'ont aucun scrupule à licencier et à mettre de fidèles employés sur la paille.
Le capitalisme engendre d'innombrables méfaits. Il est temps de replacer l'être humain au centre de l'économie.


*   *   *   *

Contribution au Forum de "L'essor" sur le capitalisme par le lecteur G.Tafelmacher

Avant de s'attaquer au capitalisme, attaquons-nous à sa logique dominatrice !

Le capitalisme entretient chez l'individu la certitude qu'il est maître de son destin et que, par son travail et son esprit d'entreprise, il sera prospère. Découlant du libéralisme, il a pour fondement la responsabilité individuelle et la liberté d'entreprendre.

consommationTelle est du moins la théorie mais elle n'est valable qu'à une seule condition: que tous les êtres humains soient égaux en intelligence, en énergie, en capacité, en force et aussi égaux de naissance sans autres privilèges. Mais les hommes ne sont pas égaux; il y a en a qui sont dotés d'une force dominante, d'une énorme énergie, d'une grande inventivité, d'un charisme entraînant et d'autres qui sont justes normaux, n'ayant l'énergie et l'intelligence que pour vivre une vie simple. Le problème est que ces hommes forts, pontes de l'économie obsédés par leurs fortunes, utilisent et instrumentalisent le capitalisme pour asseoir leur pouvoir et régner en maître sur les sujets qui, pour survivre et se nourrir, acceptent cet état tout en produisant les richesses des autres.

Le capitalisme est l'expression brutale de la nature humaine dans tout ce qu'elle a de dur, impitoyable, contraignant et imposant et il est même la forme la plus aboutie d'une dictature des leaders élitaires charismatiques, du pouvoir par l'enrichissement. Il est l'expression même d'un égocentrisme, d'une obsession du pouvoir et son moteur est la concurrence et la compétitivité, formable machine de ségrégation et d'hiérarchisation des individus qu'il classe selon leurs performances économiques. Le capitalisme n'est rien d'autre que l'abâtardissement des percepts du libéralisme libertaire, qui prônait le droit de disposer librement de sa force de travail et des produits de son travail, la liberté d'échanger, de contracter, d'entreprendre où l'économie est conçue dans sa globalité, des tâches ménagères aux projets communautaires.

Le capitalisme exprime d'une manière crue le fond de commerce libéral qui postule la suprématie de quelques méritants sur les masses sans culture qui ne savent que brailler, descendre dans la rue et renverser les poubelles, ce qui permet aux autorités de justifier les charges d'une police aux ordres des dominants locaux et du monde, des banques et de l'industrie et d'un système si totalitaire que nous ne pouvons plus faire d'autre que descendre dans la rue, hurler notre mécontentement et renverser les poubelles capitalistes culottées !

Lorsque nous analysons ce qui se passe, il semblerait que la crise du capitalisme montre que le mental de l'homme n'a pas suivi son «progrès» matériel et l'élargissement de son pouvoir, car l'homme est toujours mené par ses tendances autodestructives que rien ne semble arrêter et surtout pas tous ces appels à la responsabilisation, à la moralisation et à l'éthique.

Concevoir le monde selon les percepts du capitalisme en faisant appel à nos plus bas instincts de consommateur, à nos envies et besoins matérialistes et égocentriques, à nos tentations de pouvoir, à nos envies d'enrichissement, inflige des meurtrissures fatales à notre écosystème. Ce système est autodestructif et tend vers l'annihilation et la destruction finale. Tout nous pousse à la consommation et la consommation nous pousse vers un destin fatal. Nous nous comportons sans conscience en croyant qu'il suffit de s'imposer une volonté pour trouver le bonheur, bonheur vendu par les temples de la consommation, nourris par la publicité qui nourrit nos émotions !

Le capitalisme tend vers la mort !

pollutionLa mort de la terre surexploitée, des espèces menacées! La mort de tout ce que l'intelligence humaine a accomplie depuis 100'000 ans et le triomphe de tout ce que l'homme porte de destructif en lui. En effet, ces destructions se font au nom du progrès, de l'industrialisation, des places de travail, du bonheur, de la prospérité et des valeurs néolibérales qui ne servent qu'à caler nos certitudes dans le confort des acquis matériels. Il dit créer les emplois du futur mais à quoi bon ces emplois si nous devenons complètement malades de notre environnement massacré et surexploité. Il nous dit vouloir nourrir le monde mais à quoi bon si le monde s'autodétruit! !

Tant que le capitalisme pousse à plus de consommation, donc à plus d'industrialisation, d'exploitation et de compétition, tant qu'il est axé sur le progrès matériel, la croissance, la concurrence, l'enrichissement, la spéculation et le cours de la bourse, alors rien ne changera, rien n'empêchera cette course vers l'annihilation finale, inscrite dans nos gênes mêmes, dans notre évolution guerrière et du pouvoir.

Tant que nous n'arrivons pas à appréhender le drame humain et à comprendre ce qui se passe et pourquoi, tant que nous ne pouvons pas reconnaître ce qui ne tourne pas rond chez nous, jamais nous ne pourrons continuer notre cheminement sur cette terre devenue notre purgatoire et l'antichambre de la mort, d'autant plus que nous pouvons faire le constat d'une volonté de destruction portée par la logique néolibérale et du capitalisme destructif.

La seule question que nous devons nous poser est de savoir comment nous affranchir de ces puissants dirigeants, comment les arrêter de jouer nos vies à la bourse, comment les faire venir à de meilleurs sentiments, comment stopper leurs discours apologiques qui renforcent et justifient cette économie champ de guerre en temps de paix...

Oui, comment faire pour que les puissants de cette terre cessent d'être puissants pour n'être que des humains communs avec des doutes, des peurs, des angoisses? Comment se fait-il qu'aucune éducation ne change quoi que ce soit à cet état, qu'aucune loi ne modifie ces tendances et qu'aucun appel à la responsabilisation n'est entendu ?

Le capitalisme ne disparaîtra pas car ce système est totalitaire et ses dirigeants obnubilés par leur importance, tyrans mégalomaniaques puissants, obsédés par l'influence qu'ils cherchent sur autrui, ne peuvent se rendre compte du tort qu'ils infligent au monde et à ses habitants.

© l'essor et G. Tafelmacher

- - -

Citations :
«Aux totalitarismes du XXe siècle ont succédé la tyrannie d'un capitalisme financier qui ne connaît plus de bornes, il soumet États et peuples à ses spéculations (...)»
Edgar Morin

«Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage.»
Jean Jaurès

«Le capitalisme est pervers par essence: séduisant, puis aliénant, puis isolant puis destructeur.»
«La foi, l'idéologie sont sur le mode paranoïaque, le capital lui, est essentiellement pervers.»
Un Inconnu qui exprime ce que beaucoup pensent en silence

- - -

Liens :
André Groz avait raison :   Penser la sortie du capitalisme avec André Gorz


capitaliste caviar
Le pauvre capitalisme malmené !

retour au sommaire


Un "modern" monde informatisé ???

Le tout-informa-TIC  =  nouveau "TOC"

informtic-1
informatic-6
informatic-2informatic-3


de la part d'un "promoteur" de l'économie !! (1990!)

retour au sommaire


LE COMMERCE GLOBAL

du  GATT   ==>   à  l'OMC

Mess. Jacques Delors et Jean-Pascal Delamuraz croient aux vertus de l'économie de marché...

Ces messieurs, animés par la compétitivité, croient pouvoir résoudre la CRISE. Par leur prêche, ils tentent de justifier l'injustifiable. Tout leur discours évoque la guerre: se battre, lutter à armes égales, conquérir des parts de marché, être les meilleurs, dominer la concurrence, vaincre sur les marchés, c'est l'apologie de la guerre commerciale que se livrent les nations en temps de paix.

Le GATT (OMC) est le mode d'emploi de cette guerre commerciale dont le traité, l'accord final est imposé sous la pression de l'urgence pour être accepté par tous. Tout cela repose sur une vision de société basée sur le pouvoir, la domination et le matérialisme impérial; et sur une vision de l'homme basée sur la rationalité égoïste, l'appât du gain, l'accumulation de richesse, la satisfaction des besoins et des plaisirs. Pour dominer la nature humaine, mal perçue selon les interprétations moralistes, il faut la soumettre à des pressions extérieures urgentes, elle ne pourra mieux travailler que soumis à l'impérative accumulation de richesse.

Pour sortir de la crise, il est demandé aux gens de croire à la réalité de cette vie d'économie libérale et de s'y adapter. On doit accepter le rôle de consommateur et se conformer aux directives positives et éclairées des leaders de la société de consommation.

Les accords de l'OMC sont un arsenal de règles commerciales basées sur le libre-échangisme et la compétitivité. Il faut donc, pour survivre, jouer dans la course à la concurrence et nous battre pour la gagner car le monde appartient à ceux qui soutiennent le défi de l'adaptation. Sacrifié sur l'autel du réalisme, nous devons nous plier aux exigences du progrès technologie, c'est un passage obligé. Seuls l'industrie, le commerce et les investissements créent le bien-être économique et absorbent le chômage, ce que les ancêtres des banquiers et des industriels de Bâle, Genève et Zurich ont découvert au 19ième siècle. Nous vivons le paroxysme, l'apogée de la domination capitaliste et productiviste, basé sur les théories périmées du siècle de la révolution industrielle.

GPT (1993)

retour au sommaire


La Pub

«L'objectif de la pub est de dresser le citoyen consommateur»

«Le conditionnement publicitaire, c'est faire aimer aux gens la société de consommation à laquelle il n'est pas question qu'ils échappent, et ce dès leur plus jeune âge», dénonce François Brune. Le cofondateur de Résistance à l'agression publicitaire est invité ce soir à Lausanne par le Réseau objection de croissance vaudois. Pour lui, l'omniprésence de la publicité dans l'espace et le temps est d'autant plus illégitime que le citoyen n'a aucun droit de réponse. Contre la violence de l'idéologie publicitaire, outil d'une société de consommation mortifère, le mouvement antipub rejoint celui de la décroissance pour imaginer une société sobre et conviviale.

lire plus : interview de François Brune

- - - - - - -

Les multinationales standardisées tentent de créer des relations de proximité comme le boulanger ou l'épicier de quartier.

«Nous sommes passés de l'ère de la publicité de masse à la relation de l'entreprise à l'individu. Le marketing personnalisé tente de répondre à un besoin de cocooning tout en jouant sur la valorisation de l'individu face à la grosse machine mondiale.»

analyse Michelle Bergadaà, professeur de marketing à l'Université de Genève


- - - - - - -

Un seul Dieu pour tous : le travail !

La sphère professionnelle et l'activité professionnelle ont un statut de nouveau paradis.

C'est entendu, le travail, il n'y a que cela de vrai, de grand, de noble, de beau. C'est entendu, point de salut hors du boulot, point de liberté non plus. C'est entendu, on considère désormais l'homme – et la femme bien évidemment, surtout la femme – moins comme un animal raisonnable que comme une bête de somme. C'est entendu, dans la vieille injonction mangée aux mites pétainistes – travail, famille, patrie – il n'y a guère que le premier terme qui surnage dans les fantasmes et le désir contemporain. C'est entendu aussi: vivre à deux sur un seul salaire en Suisse est devenu depuis longtemps un luxe réservé à une extrême minorité. On connaît la rengaine, dans de nombreuses familles la femme exerce une activité lucrative, même financièrement inintéressante, juste pour suivre la mode.
C'est la vente de la mèche idéologique du travail qui serait aussi une partie intégrante de l'identité d'une personne. Certes, éboueur un jour, éboueur toujours.
La nouvelle foi, clouée sur tous les frontons, se décline désormais en trois petits mots béguayés: travail, travail, travail.

Ne nous ne devons pas pour autant trépigner, s'indigner, se sentir blessé par cette platitude du raisonnement et le peu de nouveauté de la constatation et en faire une micro-polémique estivale aux réactions outragées !

propos engendrés par Silvia Blocher, Jill Székely (Swisswomen) sur les femmes au foyer



Juste pour rire !

et juste pour finir avec cette page !

PDG de TF1, Le Lay admet avoir été «caricatural»

Le LayPOLÉMIQUE : Le PDG de TF1 Patrick Le Lay reconnaît dans un entretien à paraître mercredi dans Télérama avoir utilisé une formule «un peu caricaturale et étroite» en affirmant que le métier de sa chaîne était de vendre «du temps de cerveau humain disponible». «J'ai l'habitude de forcer le trait pour faire comprendre les concepts», explique le président de TF1 sans renier sa déclaration sur le fond. «Nous vendons à nos annonceurs une audience de masse», corrige-t-il désormais. «Pour nos clients, le temps d'antenne ne représente rien d'autre que des contacts clients, de l'attention humaine», explique le PDG pour qui l'objectif de TF1 est donc «de plaire à un maximum de gens pour réaliser un maximum d'audience».
Dans un entretien publié au printemps ("Les dirigeants face au changement" - Les Éditions du huitième jour), Patrick Le Lay affirmait que, «à la base, le métier de TF1, (c'était) d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit», avait-il déclaré ajoutant: «pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible.» Patrick Le Lay, qui ne renie pas avoir tenu ces propos, estime que «ce n'était pas une interview officielle», reconnaissant qu'il a «dû parler deux heures à bâtons rompus et tenir ces propos pendant la conversation».

AP

Autre commentaires :  acrimed.org le 11 juillet 2004

retour au sommaire


Liens divers

retour au sommaire


Citations de Carl Sagan

«La publicité pousse les gens à ne pas se fier à leur jugement; elle leur apprend à être stupides.»

«Lorsqu'un gouvernement se prépare à la guerre, il décrit ses adversaires comme des monstres.»

«La science est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls savants.»
et accessoirement, on peut aussi dire :
«L'économie est une chose trop importante pour être laissée entre les mains des seuls économistes !»




Dossiers préparés par ©Georges Tafelmacher & SuisseForum






Haut de page
  ce site est hébergé par
LeVillage.Org
-   économie  -
DATE DE CRÉATION : 10.08.2005   -   DERNIÈRE MODIFICATION : 27.06.2015
par :   Georges Tafelmacher   Copyleft © 2005   TAFELMACHER-GEORGES.COM
All Rights to serve.

Valid XHTML 1.0 Transitional